BRUITS DE BOTTES ENTRE RABAT ET LAAYOUNE : Quand le Maroc se tire une balle dans le pied

BRUITS DE BOTTES ENTRE RABAT ET LAAYOUNE : Quand le Maroc se tire une balle dans le pied

Il y a du grabuge entre les autorités marocaines et le Front Polisario. La tension est montée d’un cran entre Rabat et Laâyoune, capitale non officielle de la République Arabe sahraouie démocratique (RASD), alors que le Front Polisario est accusé de faire des incursions itératives dans la zone tampon contrôlée par la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). De quoi susciter la colère royale qui s’abat aussi sur l’Algérie et qui est suivie d’actions d’intimidations avec le déploiement de convois militaires vers le Sahara. Au-delà donc du fait que le Maroc bande les muscles vis-à-vis des indépendantistes sahraouis, on assiste aussi à une passe d’armes entre Rabat et Alger considéré comme étant l’instigateur des actes de violation de la fameuse zone tampon. Le lundi 9 avril dernier, les grandes figures politiques se sont engouffrées dans la brèche en organisant des manifestations de soutien au Roi Mohammed VI et à sa politique de la « marocanité du Sahara ». Et ce qui devrait être considéré comme une simple énième escarmouche entre le Royaume chérifien et le Front Polisario de la RASD, est en train de prendre la tournure d’une crise politico-diplomatique majeure. Et on peut se poser la question de savoir si le réveil de cette vieille querelle ne va pas plutôt jeter le discrédit sur la diplomatie marocaine qui était pourtant bien partie pour emporter dans son orbite, de nombreux pays africains, depuis le retour du Royaume chérifien au sein de l’Union africaine, l’organisation continentale qu’il avait alors boudée à cause, justement, de cette question du Sahara occidental.

Le Royaume chérifien risque d’avoir beaucoup plus à perdre sur le terrain diplomatique

En rappel, c’est le 12 novembre 1984, lors du 20e sommet de la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA), qu’en protestation de l’arrivée au sein de l’Union, du jeune Etat autoproclamé en 1976 par le Front Polisario, la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), le Royaume chérifien avait décidé de quitter l’organisation panafricaine par la lecture de ce message demeuré historique, du roi Hassan II, par son conseiller, Ahmed Réda Guédira :  «Voilà, et je le déplore, l’heure de nous séparer. En attendant des jours plus sages, nous vous disons adieu et nous vous souhaitons bonne chance avec votre nouveau partenaire». Depuis  lors, l’exclusion de la RASD était devenue la condition sine qua non du retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine. Et l’on a eu la faiblesse de croire que le roi Mohammed VI qui s’est, jusque-là, montré progressiste, allait jouer les colombes sur le dossier sahraoui après avoir bataillé dur, à travers surtout la diplomatie du chéquier, pour reprendre sa place au sein de l’UA. C’est dire si le Sahara occidental est le poil à gratter du Palais royal. En ravivant la tension avec le Front Polisario qui semble plutôt mener une diplomatie souterraine pour faire entendre sa cause, on peut dire que le Maroc donne du grain à moudre aux soutiens de la RASD qui est d’autant reconnue par l’UA et plus ou moins par les Nations unies. Cela dit, le Royaume chérifien risque d’avoir beaucoup plus à perdre sur le terrain diplomatique dans ce bras de fer avec les séparatistes, lui qui, après l’UA, est en train de faire  les yeux doux à la CEDEAO pour une adhésion pleine et totale à l’organisation. Il pourrait se tirer   une balle dans le pied. Mais rien ne dit que la visite de Mohammed VI, ce mardi 10 avril à Paris, ne sera pas mise à profit par le président français, Emmanuel Macron, pour amener le roi à mettre un peu d’eau dans son thé.

Drissa TRAORE

Articles similaires

3 Commentaires

  1. Anonyme

    Pas de chance le Polisario se retire. Bande d e pute. Vivement cette guerre millions de marocain d Europe vont arrivé

    Reply
  2. Kais

    Cesttoi la pur6e comme beaucoup de vos mères. On le sais le pays des prostitués et des mendiants.vive le polisario et si vous vous y frottez attention à l armée algérienne elle ne fera qu une bouchee des baiseurs de mains et cireurs de bottes

    Reply
  3. Anonyme

    Kais ,votre arme dit qu il est neutre dans ce conflit ,pourquoi quand on dit polisario ca vous sonne dans la tete algerie ??????

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+