A la uneBaromètre

PRESIDENTIELLE 2020

L’UFC mise sur Eddie Komboïgo

L’Union des Forces Centristes (UFC) soutient la candidature de Eddie Komboïgo à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020. Il a été investi à l’issue de la convention tenue à cet effet le 29 août 2020 au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC) par les militants et sympathisants du parti dirigé par Issa Balima.

 Eddie Komboïgo défendra, en plus des couleurs du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), celles de l’Union des Forces Centristes (UFC) a l’élection présidentielle du 22 novembre prochain. Il a été investi (le candidat Eddie Komboïgo) au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC) le 29 août dernier par les militants, sympathisants dudit parti politique. Selon les explications du président de l’UFC, Issa Balima, Eddie Komboïgo est le candidat de l’UFC parce qu’il a réussi à redresser le navire   CDP après les évènements des 30 et 31 octobre 2014. Pour lui, cette expérience peut servir le Burkina Faso tout entier. « Nous avons observé avec attention, le dynamisme, l’attention, la résilience qu’il a insufflé au CDP depuis son avènement à la tête du parti.  Nous avons constaté que c’est avec humilité qu’il a su le faire parce qu’il avait derrière lui des Hommes expérimentés, sages qu’il a su écouter. Eddie a suffisamment montré des preuves de combativité. Ce dynamisme qu’il a su insuffler au CDP, le Burkina Faso tout entier en a besoin.  Les veuves et les orphelins doivent pouvoir trouver consolation sur leur propre terre. », a expliqué Issa Balima.  Pour toutes ces raisons, il a invité ses militants et sympathisants à voter Eddie Komboigo pour l’élection présidentielle et les candidats de l’UFC aux élections législatives.  Au nom du candidat Eddie Komboigo, Achille Tapsoba, 1er vice-président du CDP, a  exprimé la reconnaissance de son parti aux  militants de l’UFC pour la confiance placée en leur candidat. Désormais, a-t-il ajouté, le CDP et l’UFC ont le même combat. Et de les inviter à se battre pour faire de son candidat le président du Faso au soir de l’élection présidentielle du 22 novembre prochain, puisque, estime-t-il, designer un candidat est une chose, le faire gagner en est une autre. C’est pourquoi, ils doivent parcourir communes, villages et campagnes pour faire passer le message de l’espoir.

 

Issa SIGUIRE

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer