PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES 2015 : Battez campagne mais ne vous battez pas !

PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES 2015 : Battez campagne mais ne vous battez pas !

 

Dans ma balade de l’autre jour, j’ai entendu dire que la campagne présidentielle s’ouvrira le 8 novembre 2015. J’ai tout de suite sursauté de joie car il y aura à manger et à boire à gogo sans oublier les tee-shirts qu’on aura, en criant fort  le nom d’un parti pendant les meetings. Mais à peine ai-je fini de manifester ma joie que quelqu’un m’apprend que la distribution des gadgets pendant cette période est interdite par le nouveau Code électoral. Comme s’il voulait voler ma joie, il ajouta que l’achat des consciences qui se faisait à travers la distribution de vivres surtout du riz et des billets de banque est aussi proscrit et que tout contrevenant s’exposait à des sanctions. Là, j’ai attrapé ma tête. Comment les candidats  arriveront-ils à convaincre les électeurs à les voter sans leur donner, en contrepartie, quelque chose? «Pour cette campagne, seuls les programmes de société, l’art oratoire et une bonne organisation seront les vraies armes des candidats », me lance-t-il. De mémoire de fou,  c’est la première fois qu’on assistera à une campagne au pays des Hommes intègres où il n’y a pas de distribution de gadgets ni d’achat de consciences. Et sans jouer les oiseaux de mauvais augure, cette campagne de 2015 risque de ne pas trop emballer nos paysans qui voient en celle-ci, l’unique occasion de « bouffer ».  En effet, sous nos tropiques, c’est généralement en période de campagne que les hommes politiques rendent visite aux paysans, les écoutent, bref, s’intéressent à leurs problèmes. Conscients de cela, les paysans n’hésitent plus à monnayer leurs voix contre des gadgets, des sacs de riz ou des espèces sonnantes et trébuchantes. Maintenant que cela ne sera pas possible au cours de cette campagne, quelle couleur prendra-t-elle?  Je n’ai aucune réponse.

Il est bon que chaque candidat fasse preuve de retenue

 

Par contre, ce dont je suis sûr et certain, c’est que la campagne de 2015 risque d’être difficile aussi bien pour les candidats que pour nos paysans. Cela est d’autant plus vrai qu’elle s’annonce comme une nouvelle école pour l’ensemble des acteurs. Et vu sous cet angle, c’est heureux qu’après l’insurrection populaire, le peuple ait une campagne de vérité et non une campagne de mensonges, de délation, d’achat de consciences, etc. En tout cas, à y voir de plus près, je me rends compte que cette mesure, même si elle empêchera beaucoup de personnes de manger y compris même moi, pourrait contribuer fortement à offrir un vote dont les résultats reflèteront le choix du peuple. Certes, pour en arriver là, il faut que la campagne soit saine. Et pour qu’elle puisse l’être, il faudra que les hommes politiques, notamment les différents candidats, se montrent plus responsables, en se gardant de véhiculer des propos haineux.  Ils doivent prendre de la hauteur, aussi bien dans leurs actions que dans leurs propos. Cela dit, chers candidats, battez campagne mais ne vous battez pas ! Certes, la campagne est un moment chargé d’émotion,  mais cela ne doit, en aucune manière, pousser des candidats à des comportements qui peuvent mettre la paix sociale en péril. C’est pourquoi il est bon que chaque candidat fasse preuve de retenue dans ses faits et gestes. Si l’on tient à renforcer la culture démocratique au Burkina, à capitaliser les acquis de l’insurrection populaire, il faut opérer une rupture dans les esprits des électeurs qui voient en ces campagnes des périodes pour s’enrichir, bref, pour se tailler une place au soleil. S’il est bon d’inviter les acteurs politiques à plus de responsabilité dans cette période, il est aussi bon d’inviter l’Etat à jouer pleinement son rôle. Car il est certes vrai que les candidats ont signé un Pacte de bonne conduite, mais ne comptons pas trop sur le visage humain pour avoir une campagne responsable, sereine et apaisée.  Cela dit, l’Etat doit se donner les moyens de réprimer tous ceux qui se rendront coupables d’actes indélicats en matière d’achat de consciences et de distribution de gadgets. C’est à ce prix que la loi en la matière sera respectée et la démocratie burkinabè gagnera en galons.

« Le fou »  

Articles similaires

2 Commentaires

  1. LOMANA

    Bien vu , le Fou! une fois de plus ,tu démontres que tu as tout perdu sauf la raison. Dommage que peu de gens, surtout les politiques t’écoutent. pour cette campagne , j’ai des appréhensions, vu que certaines dispositions du code électoral ont été violées dès les premières heures de l’ouverture de la campagne. c’est le cas par exemple d’affiches de candidats qui trônent sur des arbres etc. et les politiciens étant ce qu’ils sont, on ne peut que croiser les doigts pour qu’ils respectent l’engagement qu’il ont pris en signant le pacte de bonne conduite du CSC.

    Reply
  2. altera

    vivement que chacun a son niveau ait un comportement responsable. tous les regards sont tournés vers le Burkina pour l’exploit qu’il a reussi depuis le depart de Blaise Compaoré jusqu’a maintenant. un appel sollennel est lancé aux politiciens. jouez francs jeu. N’oubliez pas aussi que le peuple vous ait à l’oeil. aucun derapage ne sera toléré.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+