Bonjour

BONJOUR

La pollution de l’air, on en parle, mais nombreux sont les Burkinabè qui n’ont pas encore pris réellement la menace du péril. Si fait qu’ils n’ont pas fait leurs, les Journées à faible émission de carbone (JFEC) initiées par les autorités pour minimiser les risques y liés. A preuve, très peu sont ceux-là, en ville surtout, qui acceptent de se déplacer à pied ou à vélo pour certaines courses. Quant au co-voiturage, très peu d’automobilistes le pratiquent par souci de protection de notre environnement si ce n’est parfois pour réduire les dépenses liées aux frais de carburant en cas de longs déplacements. Pourtant, il est dans l’intérêt de tous que nous acceptions d’opérer des changements de comportements.

 

Valérie YAMEOGO/TIANHOUN

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer