A la uneLignes de force

CAN 2021 AU CAMEROUN

Le Burkina jouera sa finale dès l’entame de la compétition

La Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021 (reportée à 2022) est lancée. Le top départ de la biennale africaine du ballon rond a été, en effet, donné après un tirage au sort organisé au somptueux Palais du Congrès de Yaoundé, le 17 août dernier. Du 9 janvier au 6 février 2022 au pays de Ahmadou Ahidjo, cinquante-deux matchs tiendront en haleine les amoureux du foot africain. En lever de rideau, le pays organisateur affrontera le Burkina Faso, tous deux classés dans le Groupe A, à l’instar de l’Ethiopie et du Cap-Vert.  Face aux Lions indomptables du Cameroun qui auront le précieux avantage de jouer sur leurs propres installations et ce faisant, devant leur public, il faudra, a priori, pour les Etalons, batailler dur, prendre le mors aux dents pour aller arracher la victoire à une équipe qui, sans aucun doute, jouera le tout pour le tout pour ne pas se laisser damer le pion sur son sol. C’est dire si notre Onze national abordera ce match avec la certitude qu’il ne jouera pas sur du velours face à un pays qui, du reste, dispose d’un palmarès élogieux au point de faire figure d’un des grands favoris de la compétition. Toutefois, les Etalons conservent toutes leurs chances dans ce groupe A. Même si, à ce niveau de compétition, l’on sait qu’il n’y a jamais vraiment de petit poucet ni de citadelle inexpugnable. Tout dépend des niveaux de préparations physique et mentale des joueurs et en ce qui les concerne, les coéquipiers de Charles Kaboré, en entamant leur premier match à cette CAN, doivent se garder de faire de leur défaite face au Cameroun, lors de la CAN 98 où ils avaient perdu au score (1 but à zéro), un handicap psychologique.  Plutôt que de vivre dans la crainte d’un remake de l’histoire, nos vaillants Etalons devraient considérer ce « match-retour », comme une revanche à prendre.

 

 

Il y a lieu de fédérer toutes les énergies

 

 

 

  Cette défaite doit être perçue comme un stimulateur. En tous les cas, l’on a envie de croire qu’à l’occasion de ce nouveau round, le Burkina joue sa finale avant l’heure. Et le défi peut être relevé. Autant cela est possible, autant nos braves Etalons sont en mesure d’obtenir le ticket pour le second tour et pour cause : d’abord, parce que les Lions Indomptables constituent aujourd’hui une jeune équipe en pleine reconstruction.   En tout cas, l’on est loin de l’époque des Roger Mila et autres Rigobert Song, ou de l’époque des Eto’o fils et autres qui faisaient de l’équipe camerounaise, un lion redoutable aux dents acérées.  Ensuite, parce que notre Onze national a acquis une solide expérience qui pourrait faire la différence, notamment face à des équipes comme l’Ethiopie ou le Cap-Vert. Cette équipe des Etalons n’est pas n’importe laquelle, à en juger par ses exploits qui lui valent, du reste, de figurer au classement mondial, à la 62e place, et au classement africain, à la 11e place. Au demeurant, dans ce Groupe A, à côté du Cameroun, le Burkina Faso fait aussi figure de favori.  Mais aussi vrai que « qui veut aller loin ménage sa monture », il est clair qu’une chevauchée fantastique des Etalons ne sera possible que si, en amont, tout est mis en œuvre pour que cette équipe aille à cette grand-messe du foot africain, de manière organisée et soudée.  Pour cela, encore faut-il travailler à régler les petites querelles domestiques qui affectent grandement le bon fonctionnement de notre football national. En tout cas, il y a lieu de fédérer toutes les énergies et de mettre toutes les chances de notre côté si l’on veut voler de victoire en victoire au Cameroun.  

 

« CBS»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer