A la uneLignes de force

NOUVEAU REBONDISSEMENT DANS L’AFFAIRE FLORIBERT CHEBEYA

Kabila et les siens seront-ils rattrapés par leur passé ?

Floribert Chebeya, jadis défenseur intraitable des droits de l’Homme et ex-président de l’ONG congolaise La Voix des sans-voix, avait été retrouvé mort dans sa voiture à Kinshasa, dans la nuit du 1er au 2 juin 2010. Dans les mêmes circonstances, son chauffeur et compagnon fidèle, Fidèle Bazana, avait subi le même sort.  Il est utile de préciser que quand il se faisait assassiner, Floribert Chebeya était supposé se rendre dans les locaux du quartier général de la police pour un rendez-vous avec John Numbi, ancien inspecteur général de la police. On peut alors comprendre pourquoi de graves soupçons pèsent depuis plus de 10 ans sur John Numbi, puisque cet actuel inspecteur des forces armées depuis 2018, était,  à l’époque des faits, patron de la police.  En effet, pour une partie de l’opinion congolaise, John Numbi est pour quelque chose dans ce double assassinat. L’activiste Floribert Chebeya travaillait à l’époque sur plusieurs dossiers sensibles dont nous retiendrons deux. D’abord, l’affaire des massacres dans la province du Bas-Congo et de l’Equateur, massacres survenus dans les années 2007-2008, suivis d’une série d’arrestations arbitraires et de disparitions forcées, perpétrés par le bataillon antiterroriste « Simba », dont le général John Numbi était le créateur. Ensuite, rappelons la campagne menée par Floribert Chebeya, pour empêcher la visite du Roi belge au Congo-Kinshasa, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance.  Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’étau est en train de se resserrer fatalement autour de Joseph Kabila et de ses ouailles. Avec l’avènement au pouvoir de Félix Tshisekedi, les parents de la victime, de même que le président actuel de La voix des sans-voix, nourrissent l’espoir d’une réouverture d’un procès plus juste sur l’assassinat de Floribert Chebeya.

 

Vivement qu’advienne toute la vérité et que le procès soit rouvert !

 

 Et ce, au moment où le fossé se creuse de jour en jour entre la nouvelle équipe dirigeante présidée par Félix Tshisekedi et l’ancienne gent de Joseph Kabila. C’est ainsi que le 29 janvier 2021, le Premier ministre Sylvestre Ilunga donnait sa démission au président Félix Tshisekedi, deux jours après avoir été destitué par l’Assemblée nationale. Ce qui porte un coup dur supplémentaire au Front commun pour le Congo (FCC), parti de l’ancien président Joseph Kabila. A la faveur de cette séparation, certaines langues ont commencé visiblement à se délier. Ce qui permettra de tendre vers la vérité. En saura-t-on enfin davantage sur ce double assassinat dont les commanditaires n’avaient jamais été formellement identifiés et traduits en justice ?  Floribert Chebeya, ex-président de La Voix des sans-voix, muselé à jamais depuis plus de 10 ans, a-t-il enfin retrouvé, des profondeurs de sa tombe, des prête-bouches qui vont enfin parler pour lui, afin qu’émerge enfin toute la vérité ? Oui, selon toute apparence. Car, deux policiers, Hergile Ilunga et Alain Kayeye, expliquent, de façon détaillée, comment les deux hommes auraient été étouffés avec des sacs en plastique. Vivement qu’advienne toute la vérité et que le procès soit rouvert ! En attendant, on peut affirmer sans risque de se tromper, que nous sommes au début de la fin de l’ère Kabila.

 

Monique NARE

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer