A la uneOmbre et lumière

PRESIDENCE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU BURKINA

Mahamadi Sawadogo réélu pour un second mandat

Les élus consulaires, aussitôt après leur installation officielle par Harouna Kaboré, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, ont procédé, le lundi 29 novembre 2021, à l’élection du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF). A l’unanimité, ils ont réélu Mahamadi Sawadogo pour un second mandat de cinq ans tout comme les membres du bureau.

 

 

« Aujourd’hui, c’est un jour de victoire pour la communauté burkinabè des affaires qui a montré sa maturité d’esprit et son attachement à la démocratie consulaire », s’est exprimé Mahamadi Sawadogo, président sortant de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF) qui venait d’être réélu à l’unanimité par ses pairs membres consulaires qui étaient au nombre de 165 votants, le 29 novembre dernier à Ouagadougou. Candidat unique à la présidence de la CCI-BF, il a bâti son programme de mandature autour du thème « Renforcer la cohésion et la résilience du secteur privé et le leadership économique de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina » qui, dit-il, s’est appuyé sur les acquis de sa mandature 2016-2021 réalisés à un taux de 80%. Aussitôt après avoir été réélu, Mahamadi Sawadogo a fait savoir qu’il y a un temps pour faire campagne, pour voter et celui pour gouverner après les élections. Et d’indiquer que très rapidement, avec le soutien du bureau consulaire et de l’ensemble des élus, il engagera des consultations pour mettre en place le cabinet du président et les commissions consulaires et « transformer le programme de mandature en un plan stratégique 2021-2026 qui sera adopté au cours du premier trimestre 2022 ». Au-delà de cette victoire, Mahamadi Sawadogo déclare être le président de tous et reste ouvert, avec le bureau consulaire, pour piloter la maison commune dans un esprit d’écoute, d’inclusion et de gestion axée sur les résultats. Il n’a pas manqué d’inviter ses camarades élus consulaires à maintenir le contact avec leur base et à prôner la solidarité et la patience dans la recherche des solutions à leurs préoccupations communes.

 

 

« Grâce à la conjugaison de tous les efforts et l’engagement de tout un chacun, le processus a été bouclé »

 

 

Satisfait du bon déroulement du processus électoral qui a abouti à l’élection du président de la CCI-BF, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a confié que ce défi a été relevé grâce à la compréhension, l’implication, la volonté des différents acteurs du commerce et de l’industrie. Tout en indiquant que ce n’était pas gagné d’avance de tenir des élections dans des secteurs aussi importants mais également sensibles. Et grâce à la conjugaison de tous les efforts et à l’engagement de tout un chacun, le ministre Harouna Kaboré a indiqué que le processus a été bouclé, tout en restant convaincu que le président Mahamadi Sawadogo et son équipe sauront relever les prochains challenges. Dans l’attente de son investiture, le président réélu a tenu à rappeler que son programme fait un diagnostic stratégique de l’institution et de son environnement avant de dégager les orientations fondamentales qui soutiennent l’identification des activités structurées sur trois axes majeurs. C’est ainsi que les résultats du diagnostic révèlent que la CCI-BF reste confrontée à trois défis majeurs malgré les acquis engrangés au cours de la mandature 2016-2021. Il s’agit du renforcement de la légitimité et du pouvoir de plaidoyer de l’institution, du développement d’équipements et services de soutien à l’économie et du renforcement de la résilience du secteur privé face au rythme accéléré des mutations économiques, sécuritaires, sanitaires et sociales. Pour le président et son équipe, des attentes demeurent et sont relatives notamment à la lutte contre les effets de l’insécurité, de la fraude et de la corruption sur les affaires, à l’accès au financement, à la réduction des coûts des facteurs de production, au desserrement du poids de la fiscalité, à l’amélioration du climat des affaires, à l’élargissement des opportunités d’affaires pour tous et au renforcement des actions en matière de formation professionnelle.

 

Antoine BATTIONO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer