A la uneOmbre et lumière

RECONCILIATION NATIONALE ET COHESION SOCIALE

La  FAIB donne le ton à travers une rupture collective du jeûne

La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso a organisé, le 30 avril dernier,  une cérémonie de rupture collective du jeûne à son siège à Ouagadougou. Placée sous le thème «  Ramadan et réconciliation nationale », cette cérémonie a connu la présence de personnalités politiques, du corps diplomatique, du monde des affaires et des autorités coutumières et religieuses.

 

Ils étaient environ 600, les participants à la cérémonie de rupture collective du jeûne organisée par la FAIB le 30 avril dernier, à son siège. Pour la circonstance, membres du gouvernement et de l’opposition, corps diplomatique, Hommes d’affaires et autorités coutumières et religieuses ont été invités à partager ce moment de rupture et de prière. Placée sous le thème «  Ramadan et réconciliation nationale », et sous l’autorité spirituelle de El Hadji Oumarou Zoungrana, président du présidium de la FAIB, cette activité a eu  pour but de promouvoir les  valeurs de cohésion sociale et d’acceptation de l’autre malgré ses différences,  a indiqué le président de la FAIB. « Le Ramadan est un tremplin de promotion des valeurs de partage, de fraternité, de pardon, etc. C’est un mois au cours duquel nous devons apprendre à nous accepter malgré tout ce qui nous différencie et à vivre ensemble dans la cohésion.  A travers cette activité, nous voulons donner un signal fort aux fils et filles du Burkina Faso en leur donnant l’exemple afin qu’ils cultivent l’amour et l’entente entre eux en toute chose », a-t-il souligné. Par ailleurs, il a indiqué que le contexte actuel du Burkina nécessite une implication globale de tous les Burkinabè afin de parvenir à une véritable union des cœurs. Et c’est pourquoi, «  en tant que guides spirituels, nous avons mis le thème de la réconciliation nationale au centre de cette cérémonie afin d’inviter l’ensemble des fidèles à une implication véritable dans le processus de réconciliation tel qu’initié par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré », a précisé El Hadj Oumarou Zoungrana.

 

« Cette initiative traduit  l’exemple d’une nation qui sait se réunir malgré ses différences et ses divergences »

 

A l’heure de la rupture, l’ensemble des participants à cette cérémonie ont,   dans une atmosphère de prière, rompu le jeûne avant de se diriger vers la mosquée du siège pour la prière du Maghrib.   Présent à cette cérémonie, le ministre en charge de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, prenant la parole,  a  salué cette initiative de la FAIB qui traduit,  à l’en croire,  « l’exemple d’une nation qui sait se réunir malgré ses différences et ses divergences ». Quant au Directeur de cabinet du président du Faso, il  a traduit la gratitude du président  pour cette initiative et pour toutes les actions entreprises par la « Oumah »  dans la promotion de la paix au Burkina Faso. Les portes de l’activité se sont refermées par un dîner-gala et des séries d’invocations en faveur de  la paix au Faso.

 

Ben Issa TRAORE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer