A la uneLignes de mire

REFUS DE L’ANCIEN CHEF DE L’ANR DE SE PRESENTER DEVANT LE PARQUET CONGOLAIS

De quoi a peur Kalev Mutond ?

De quoi a peur Kalev Mutond ?  Convoqué à la suite de plusieurs plaintes contre lui, l’ancien Administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR), rechigne à se rendre au Parquet. Qui plus est, il est porté disparu et réclame une protection spéciale en tant qu’agent de l’ANR, bien que sans fonction. Autant croire a priori qu’il veut continuer à s’envelopper dans la douillette couette de l’impunité qui avait atrocement caractérisé le régime de son ancien mentor, Joseph Kabila. Attendu encore ce mardi 10 mars, à l’office du magistrat instructeur, il ne s’y est pas rendu et a même demandé que ce dernier soit déchargé de ses dossiers. Kalev Mutond se trompe-t-il d’époque ? A-t-il vraiment pris conscience que l’ère Kabila est révolue ?  En tous les cas, sa ligne de défense paraît pour le moins spécieuse.  Il n’aura trouvé de mieux à faire que de crier au complot et à l’acharnement, accusant le magistrat instructeur des dossiers le concernant, d’en être l’instigateur.   Une telle posture ne suffira certainement pas à lui porter secours, tant l’affaire est sérieuse. Et pour cause : plus d’une trentaine d’anciens opposants et activistes des droits de l’Homme, constitués en comités, ont saisi l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj).  Et, il faut croire qu’ils n’en démordront pas tant que justice ne leur sera pas rendue. « Arrestations, détentions arbitraires, traitements inhumains et dégradants » ; la liste des exactions reprochées à l’ANR quand elle avait à sa tête Kalev Mutond, est bien longue.   

 

Son cas doit interpeller tous les sicaires du continent

 

Et face à tout ce dont on l’accable, difficile de donner le bon Dieu sans confession à l’ex-sécurocrate de Kabila qui s’exécutait  pour la défense des  intérêts de ce dernier et était  au service d’un régime aussi répressif que celui du raïs congolais déchu. Il faut rappeler que bien des plaignants étaient actifs dans les manifestations et mouvements qui réclamaient le départ de Kabila et l’organisation des élections dans les délais.  En refusant de se présenter à la Justice congolaise, sans doute Kalev Mutond a-t-il des choses à se reprocher au point d’opter pour la fuite en avant.  En tout état de cause, il importe que toute la lumière soit faite sur cette affaire et ce n’est pas le président Félix Tshisekédi qui s’en offusquerait ; lui qui semble décidé à opérer la rupture avec la gouvernance calamiteuse de son prédécesseur et qui continue de multiplier les gages dans ce sens.  Qu’un autre pro- Kabila soit contraint de rendre compte de sa gestion passée, cela doit plutôt réjouir le pouvoir en place qui est allé de victoire en victoire dans son bras de fer avec son ancien allié, Kabila. Kalev Mutond rattrapé par son passé ?  En attendant de le savoir, son cas doit interpeller tous les sicaires du continent, agissant, bien souvent, hélas, sans discernement, dans l’unique intérêt  des satrapes.  Ils semblent parfois oublier  que leurs  protégés ne sont pas éternels.

CBS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer