A la uneLignes de force

RETOUR AU BERCAIL D’ALBERT MABRI TOIKEUSSE:ADO a fait sa part de chemin

S’achemine-t-on vers une décrispation de l’atmosphère socio-politique, plus que jamais tendue en Côte d’Ivoire aux lendemains de la présidentielle du 31 octobre dernier qui a vu la réélection du président Alassane Dramane Ouattara (ADO) pour un troisième mandat ? Cette question, plus d’un observateur se la pose au regard de l’évolution de la situation à laquelle l’on assiste ces derniers temps. En effet, après l’élargissement, en fin décembre dernier, de Pascal Affi N’guessan, c’est le leader de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), Albert Mabri Toikeusse, qui a été autorisé à rentrer au bercail et ce, après plus de deux mois d’exil. Il a retrouvé les siens le 9 janvier dernier, en compagnie de son épouse. Mieux, il a reçu, à sa résidence, la direction de son parti. Rappelons qu’Albert Mabri Toikeusse tout comme Pascal Affi N’guessan sont poursuivis par la Justice ivoirienne, pour « complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national ». Cela fait suite à l’annonce, par l’opposition ivoirienne, de la création d’un Conseil national de transition (CNT) pour faire contrepoids à la réélection d’ADO pour un troisième mandat jugé anti-constitutionnel. La suite, on la connaît. Les positions étaient tellement tranchées qu’ADO, à l’issue de son investiture, avait initié un dialogue avec l’ensemble de la classe politique.

La Côte d’Ivoire a maintenant besoin de l’union de ses fils et filles

Toute chose qui a permis d’aplanir quelques difficultés. C’est dans ce cadre d’ailleurs que s’inscrivent la libération, sous contrôle judiciaire, du patron du FPI (Front populaire ivoirien) légal et le retour au pays du leader de l’UDPCI que d’aucuns annonçaient  au Ghana ou en Europe. En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que le pouvoir ivoirien a fait sa part de chemin pour un retour de la paix dans le pays. Il revient maintenant  aux acteurs de l’opposition dont certains excellent dans des discours haineux, de faire la leur pour que la Côte d’Ivoire puisse aller vers une véritable réconciliation nationale plus que jamais nécessaire. Surtout que la présidentielle du 31 octobre dernier en a rajouté au lot de violences pré et post-électorales. Après tant d’années de chienlit sur fond de rejet de l’autre, la Côte d’Ivoire a maintenant besoin de l’union de ses fils et filles pour s’engager véritablement sur le chemin du développement. Et quelle que soit sa bonne foi, ADO ne peut pas réussir ce pari s’il n’a pas l’adhésion de ses compatriotes, notamment les leaders de l’opposition politique.

 

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer