A la uneFocus

SORTIE DE ADO SUR LE RETOUR DE GBAGBO ET BLE GOUDE EN RCI

Au-delà des mots !

Une semaine après leur acquittement définitif par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne font plus mystère de leur volonté de retourner au bercail. Leurs proches ou sympathisants n’ont d’ailleurs de cesse de multiplier les contacts avec les autorités d’Abidjan, leur demandant de faciliter ce retour. A quelles conditions ? C’est la question que plus d’un se posait. Mais le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) a finalement levé un coin du voile, hier, 7 avril 2021. Pour lui, l’ex-président et son ancien ministre de la Jeunesse   sont « libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent ». Et d’ajouter : « Des dispositions seront prises pour que Laurent Gbagbo bénéficie, conformément aux textes en vigueur, des avantages et indemnités dus aux anciens présidents de la République ». Pour le chef de l’Etat ivoirien, rien donc a priori ne s’oppose au retour au pays de son redoutable adversaire politique puisqu’il affirme même que ses frais de voyage et ceux de sa famille seront pris en charge par l’Etat ivoirien. Comment ne pas saluer cette disposition d’esprit du président ADO qui s’inscrit dans une démarche d’apaisement et de décrispation ? Car, refuser la possibilité à Gbagbo et son homme-lige de rentrer en Côte d’Ivoire, aurait été perçu comme un acte contraire à la réconciliation nationale que le président ADO lui-même appelle de tous ses vœux au point d’y avoir consacré un ministère entier dans son gouvernement.

 

Que feront Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, une fois de retour au bercail ?

 

Cela dit, il faut donc aller au-delà des mots pour que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé puissent fouler très bientôt le sol ivoirien. Ce d’autant que le dernier cité, contrairement à son mentor, ne dispose pas encore de documents en cours de validité devant lui permettre de voyager. Sans donc un passeport valide, Charles Blé Goudé, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’est pas « libre de rentrer en Côte d’Ivoire » comme le clame le chef de l’Etat ivoirien. A moins que, sans le dire, ADO n’ait déjà donné des instructions aux chancelleries concernées pour qu’elles travaillent à disponibiliser le précieux sésame à temps. On attend de voir. Toutefois, on ne peut s’empêcher de se poser des questions : que feront Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, une fois de retour au bercail ? Vont-ils se poser en rassembleurs et apôtres de la paix pour accompagner le processus de réconciliation en cours et retourner ainsi l’ascenseur à ADO qui aura  facilité leur retour ? Ou bien vont-ils se montrer revanchards jusqu’au bout au risque de mettre à nouveau la Côte d’Ivoire à feu et à sang ? Il est difficile, pour l’instant, de répondre à ces questions même si dans leurs faits et gestes, les deux désormais ex-pensionnaires de la prison de Scheveningen donnent l’impression de s’être assagis. Il y va d’ailleurs de leur intérêt puisqu’il ne faut pas perdre de vue qu’ils sont sous le coup d’une condamnation par la Justice ivoirienne.

 

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer