A la uneOmbre et lumière

VIE ET ŒUVRE DU CARDINAL PAUL ZOUNGRANA

Vers une béatification

L’Eglise famille de Ouagadougou a organisé, du 29 avril au 2 mai 2021, au centre spirituel saint Jean-Paul II à Ouagadougou, un colloque sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana, qui fut l’un des trois premiers prêtres de la Haute-Volta en 1942. L’objectif de ce colloque était de faire connaître la figure, la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana, le premier Archevêque africain de Ouagadougou et Cardinal de l’Eglise universelle.

 

Après la commémoration de ses 100 ans d’évangélisation, l’Eglise famille de Dieu du Burkina s’apprête à célébrer ses 125 ans en 2025. Dans cette dynamique, l’Archidiocèse de Ouagadougou s’est engagé, il y a quelques années, dans une approche d’appropriation de son passé et de son patrimoine d’où l’organisation du colloque sous le thème « le Cardinal Paul Zoungrana, sa vie et son œuvre » qui s’est tenu du 29 avril au 2 mai 2021, au centre spirituel saint Jean-Paul II à Ouagadougou. L’ouverture des travaux a eu lieu le 29 avril dernier. Durant les quatre jours, les participants, constitués d’agents pastoraux, des fidèles chrétiens de l’Archidiocèse de Ouagadougou et d’ailleurs, des universitaires, des décideurs politiques, des chefs traditionnels et des leaders religieux, ont passé en revue la vie personnelle, familiale, pastorale et ecclésiastique du Cardinal Paul Zoungrana en vue de faire connaître sa figure, sa vie et son œuvre. Le ministre en charge du culte, Clément Sawadogo, qui a représenté le président du Faso, a apprécié l’initiative à sa juste valeur, car, a-t-il affirmé, pour ceux qui ont connu le Cardinal Paul Zoungrana, ce fut un grand homme de foi, d’une grande vision pour l’Eglise, mais aussi pour son pays. « Le Cardinal Paul Zoungrana a réalisé de grandes œuvres et a posé les jalons d’un Burkina Faso de paix entre les communautés religieuses tout en œuvrant dans le domaine du développement tel que dans l’éducation et la santé », a confié Clément Sawadogo. Pour lui, cette rencontre, organisée par l’Eglise, va sans doute permettre à la jeune génération de mieux connaître l’histoire de l’Eglise du Burkina ainsi que ses figures de proue.

 

« L’organisateur principal de la pastorale archidiocésaine »

 

Pour le Cardinal Philippe Ouédraogo, Archevêque métropolitain de Ouagadougou qui a présidé la cérémonie solennelle de clôture, intervenue le 1er mai dernier, toute l’histoire du Cardinal Paul Zoungrana commence au sommet de sa détermination à être un pasteur zélé, vivant avec abnégation sa formation au séminaire, accomplissant avec le plus grand soin la mission qui lui est assignée le 2 mai 1942 le jour de son ordination sacerdotale jusqu’au 4 juin 2000, le jour où il rendait son dernier souffle à l’âge de 83 ans après 58 ans de sacerdoce ministériel, 40 d’ans d’épiscopat dont 35 ans de Cardinalat. Selon le métropolitain de Ouagadougou, Paul Zoungrana a hérité de son prédécesseur Mgr Joanny Thévenoud, 783 000 habitants dont 28 299 catholiques, 12 116 catéchumènes. « Si ses prédécesseurs ont été les fondateurs, lui, il a été l’organisateur principal de la pastorale archidiocésaine avec le ton du Concile Vatican II », a fait savoir le Cardinal Philippe Ouédraogo. Avant de poursuivre en ces termes « L’histoire ne pourrait épuiser la profondeur de ce grand pasteur et père notre Eglise famille de Dieu.  Et ce colloque de malgré sa qualité et la compétence inéluctables des conférenciers ne pourraient dévoiler les secrets les plus enfouis de sa personne et transcrire aussi fidèlement son œuvre à satiété ».

 

La marche vers la béatification du Cardinal Paul Zoungrana

 

Le père de l’Eglise famille de Ouagadougou a confié que les conférenciers dans la diversité des thèmes qui leur ont été proposés ont permis de toucher du doigt la contribution du Cardinal Paul Zoungrana au niveau de l’Eglise universelle, de l’église locale au niveau du symposium des Conférences épiscopales de l’Afrique et de Madagascar (SCEAM) et de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO). En effet, sa vie familiale, sa vie de pasteur zélé, son engagement pour le clergé local, la vie religieuse et le laïcat, sa contribution politique, sociale, éducative, les différents témoignages donnés à son sujet confirment une fois de plus la richesse de sa personne, la profondeur de son sacerdoce et le cœur avec lequel il a construit cette église particulière de Ouagadougou à ses débuts. Le Cardinal Philippe Ouédraogo a martelé que 21 ans après la disparition du Cardinal Paul Zoungrana, 104 après sa naissance, l’Eglise famille de Dieu voudrait faire de la clôture solennelle de ce colloque une ouverture pour la marche vers sa béatification tout en rendant grâce à Dieu pour sa vie et son œuvre. C’est pourquoi dans la perspective d’une béatification éventuelle, il nommera en temps opportun un postulateur diocésain qui prendra en main la conduite de la procédure combien complexe mais nécessaire pour parvenir à la béatification du Cardinal Paul Zoungrana. Les activités du Colloque ont pris fin par une messe d’action de grâce, le dimanche 2 mai 2021 à la paroisse cathédrale de l’Immaculée conception de Ouagadougou.

 

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Biographie expresse du Cardinal Paul Zoungrana

 

Le Cardinal Paul Zoungrana est né le 3 septembre 1917 à Ouagadougou, il est décédé le 4 juin 2000 dans la même ville. Il fut l’n des trois premiers prêtres voltaïques ordonnés en 1942. En 19262 il est nommé Archevêque métropolitain de Ouagadougou et créé Cardinal en 1965 dont le premier au Burkina et en Afrique de l’Ouest. Il fut le premier président du symposium des Conférences épiscopales de l’Afrique et de Madagascar (SCEAM).

 

Source : livret du Colloque

 

 

Les vertus du Cardinal Paul Zoungrana

 

1-Un pasteur qui s’est fait tout à tous, attentionné envers tous sans distinction ;

 

2-Un cœur gagné avec noblesse à la cause des faibles et des petits dont il fut le défenseur audacieux ;

 

3-Un homme très humble dont l’humilité étonne et parfois déstabilise.

 

4-Un pasteur plein de sollicitude pastorale pour ses collaborateurs dont il préservait l’honneur et la dignité ;

 

5-Un homme pauvre de cœur vis-à-vis de l’argent et des biens matériels ;

 

6-Un homme d’ascèse de privation dont la frugalité de la table pouvait décourager

 

7-Un promoteur et défenseur de l’identité africaine et d’une inculturation en profondeur ;

 

8-Un homme à l’intelligence prodigieuse pourtant effacé et obéissant même à ses inférieurs ;

 

 

9-Un serviteur bon et brûlant, juste et compatissant ;

 

10-Un homme remarquable par sa vie de prière et qui a su faire de sa vie une prière ininterrompue ;

 

11-Un pasteur qui fait confiance à ses fils prêtres, religieux et religieuses, laïcs dans la collaboration pastorale ;

 

12-Un homme fidèle à Dieu at aux personnes aux vertus inépuisables habilité pour la route de la vie et du ciel.

 

Source : rapport du Colloque

 

 

 

Synthèses des recommandations du colloque

 

1-Lancer une vaste collecte des documents de témoignage sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana en vue d’une compilation pour une large diffusion ;

 

2-Promouvoir des initiatives pour pérenniser la mémoire du Cardinal Paul Zoungrana, communiquer à travers la presse, les réseaux sociaux et tout canal indiqué, composer des chants, des œuvres littéraires, des œuvres d’arts etc. ;

 

3-Instituer un prix Cardinal Paul Zoungrana pour encourager la créativité et récompenser les œuvres littéraires et artistiques, théologiques etc. ;

 

4-Promouvoir les langues locales dans la formation des séminaristes ;

 

5-Créer des modules de formation sur la vie et l’œuvre de tous les pionniers dans la foi dans les séminaires et au niveau de la formation permanente ;

 

6-Initier des conférences et des causeries dans les paroisses, associations, mouvements, etc sur la vie des pionniers de notre église diocésaine ;

 

7-Créer un Observatoire socioculturel et religieux ;

 

8-Veiller à la constitution et à la sauvegarde des archives dans les paroisses et institutions ;

 

9-Instituer annuellement les journées du patrimoine diocésain pour entretenir la mémoire ecclésiale ;

 

10-Ecrire une prière d’invocation du Cardinal Paul Zoungrana comme support pour la dévotion des fidèles et pour les demandes de grâces multiples ;

 

11-Initier sa cause de béatification par la nomination d’un postulateur.

 

Source : rapport du Colloque

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer