28 MILLIONS DE F CFA POUR REPARER UN VEHICULE : Le Conseil régional du Sud-Ouest dément

28 MILLIONS DE F CFA POUR REPARER UN VEHICULE  :   Le Conseil régional du Sud-Ouest dément

 

 28 millions de F CFA pour réparer un véhicule V8. C’est l’information qui circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Pour éclairer l’opinion publique sur cette affaire, le président du Conseil régional du Sud-Ouest, B. Marcel DA, a animé, dans l’après-midi du vendredi 16 février 2018, une conférence de presse. Il a démenti l’information qui circule.

 

«  La présente  conférence de presse a pour but de clarifier l’opinion publique sur la rumeur en cours dans les réseaux sociaux concernant une délibération portant réparation d’un véhicule V8 du Conseil régional de la région du Sud-Ouest ». Voilà le décor ainsi planté par  B.Marcel Da, président du Conseil régional du Sud-Ouest devant les Hommes de médias. Du discours du PCR, on retient plusieurs informations : c’est lors de la première session ordinaire de l’année 2018 du Conseil régional, tenue les 8 et 9 février 2018, qu’une délibération a été prise pour réparer le véhicule V8 en panne. Cette délibération fait suite à une recommandation d’une mission d’appui-conseil du ministère de l’Administration territoriale en décembre 2016.  Elle  a demandé au Conseil régional de procéder à la réparation des véhicules et des motos en panne ou de les passer à la réforme. La délibération prise ne fait pas mention du coût de la réparation.

Mais d’où viennent les 28 millions qui circulent sur les réseaux sociaux, ont voulu savoir les Hommes de médias ? Question de journaliste. Le PCR, dit qu’il n’en sait rien. Cependant, il reconnaît qu’une somme de 28 millions de F CFA avait été inscrite dans le budget précédent pour la réparation des engins roulants du Conseil régional. Cette somme, a-t-il ajouté, a été utilisée pour l’acquisition d’un mini-car au profit de son institution. Après la publication de cette information sur le véhicule, Marcel Da dit avoir entrepris des démarches auprès des services financiers  pour vérifier si quelqu’un n’a pas initié des démarches relatives à la réparation de la V8 à son insu.

Pourquoi n’avoir pas estimé le coût de la réparation avant de prendre la délibération ? Autre question de journaliste. « Pour pouvoir discuter du montant de la réparation, il faut que le conseil donne son accord », a-t-il dit. Et cet accord, c’est le 8 février que le conseil lui a donné par 43 voix pour et 4 abstentions. Autre fait qui justifierait la réparation de ce véhicule, c’est que le Conseil régional ne dispose pas de véhicules fonctionnels. Marcel Da soutient que ce sont ses voitures personnelles qu’il utilisait pour les missions du service et elles sont malheureusement toutes tombées en panne. Le véhicule qu’il utilise actuellement lui a été prêté par le ministère de l’Economie et des finances avec obligation de le restituer après les festivités du 11 décembre.

Il faut noter que le véhicule V8 dont il est question a connu deux précédentes réparations. La première est intervenue en 2011 et a coûté 15 293 233 Francs TTC. La seconde qui a eu lieu en mai 2014, a coûté 4 371 900 F TTC. Pourquoi vouloir s’entêter à réparer un véhicule dont la réparation a déjà coûté plus de 19 millions alors que cette somme pouvait servir à acquérir un nouveau véhicule s’est demandé un acteur de la société civile? Simple interrogation pour conclure ! De l’avis du PCR, la V8 n’est pas encore amortie et peut être réparée. Au lieu d’acquérir un nouveau véhicule, Marcel Da compte s’attaquer à des projets de développement. « J’ai besoin de 80 millions de francs à raison de 20 millions par province pour réaliser des fermes », a-t-il dit.

Dar Flavien Da

 (Correspondant)

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+