AFFRONTEMENTS ENTRE ORPAILLEURS ET POPULATION SUR LE SITE D’OR DE LOTO : Bilan, un mort, de nombreux blessés et plusieurs déplacés

AFFRONTEMENTS ENTRE ORPAILLEURS ET POPULATION SUR LE SITE D’OR DE LOTO : Bilan, un mort, de nombreux blessés et plusieurs déplacés

De violents affrontements ont opposé populations autochtones et orpailleurs sur le site d’or de Loto, village situé à environ cinq kilomètres de Diébougou dans la Bougouriba au Sud-Ouest, faisant un mort, de nombreux blessés et de milliers de déplacés, le vendredi 4 août 2017.

 

Que s’est-il réellement passé le vendredi 4 août dernier sur le site d’or de Loto ? Les explications diffèrent d’un camp à l’autre. Mais ce que l’on peut retenir selon certains habitants du village que nous avons interrogés, tout serait parti d’un différend qui opposait deux personnes, dont un birifor et un mossi, au sujet de l’occupation d’un hangar. Et c’est au cours de leurs discussions que le birifor a reçu un coup de poing sur le visage. Celui-ci commença à saigner des narines. Son frère réagit aussitôt violemment en donnant  un coup de machette au mossi. L’information s’est vite propagée comme l’éclair dans tous les coins du site selon laquelle les birifors seraient en train d’attaquer les mossé.  Ainsi, le différend entre deux individus se transforma en un conflit ethnique et c’est ainsi parti pour de violents affrontements entre  mossé  et birifors. Selon des témoins, les affrontements auraient débuté aux environs de 11h et auraient duré plusieurs heures. C’était le chaos général, une véritable  chasse à l’homme. Et c’est dans ce chaos qu’un orpailleur en fuite, aurait croisé dans le village  l’infortuné Balinbouté Dabiré vers 19h sur son chemin et lui logea deux balles dont l’une dans l’abdomen et l’autre dans le thorax. Blessé, ce dernier fut transporté au centre médical de Diébougou pour être ensuite transféré à Bobo-Dioulasso au Centre hospitalier universitaire  Sanou Souro. Il a rendu l’âme au cours de son évacuation.

Il faut noter que si aucune perte en vie humaine n’est à déplorer lors de ces affrontements qui ont eu lieu sur le site, on enregistre cependant de nombreux blessés et d’énormes dégâts matériels dont le pillage et l’incendie de boutiques ainsi que des engins à deux roues. Le samedi 5 août 2017, une délégation des autorités régionales conduite par le gouverneur de la région est allée sur le site, accompagnée des autorités provinciales, communales, coutumières et religieuses pour constater les dégâts. Elle s’est ensuite rendue dans la famille du défunt où le gouverneur a transmis un message de compassion et les condoléances du gouvernement à la famille. Ce qui reste à faire, selon lui, c’est de retrouver l’auteur de ce crime qui est  toujours en fuite et pour cela, « j’ai insisté auprès de la police et de la gendarmerie pour que celui-ci soit arrêté et jugé », a-t-il ajouté. Pour le moment, le site de Loto ainsi que celui de Limanya situé à 3 km de la ville de  Diébougou sont fermés, occasionnant le déplacement de près de 15 000 à 20 000  personnes dans la ville. Ces orpailleurs qui sont pour la plupart sans abri dorment sous les hangars de rues de la commune.  Ces évènements de Loto interpellent une fois de plus le gouvernement à mettre de l’ordre dans l’exploitation minière au Burkina Faso, et à plus de rigueur dans l’application       des textes régissant le domaine minier.  

 

Dagnir DABIRE (Correspondant)

 

 

Articles similaires

1 Commentaire

  1. ima

    Commentaire…au Burkina on attend les actes pour reagir .le malheur est que la solution de nos autorités c est on va voir .prevenir ne vo pas mieux que guerrir?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+