A la uneOmbre et lumière

AMBASSADEUR DES USA AU BURKINA FASO:« Les Burkinabè doivent se sacrifier pour prôner l’alternance »

Dans le cadre de la commémoration du 238e anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis, le peuple américain vivant au Burkina a célébré cette fête au sein de son ambassade le 4 juillet 2014 à Ouagadougou. L’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina, Tulinabo Mushingi, a livré un message à l’endroit des peuples américains et burkinabè en cette journée du 4 juillet.

 

« Nous sommes tous spécialement prêts à accompagner la Commission électorale nationale indépendante (CENI) parce que des élections libres, justes et transparentes sont la marque de ce processus démocratique. Mais malgré tous les progrès accomplis, le Burkina n’a pas encore vécu une transition pacifique et démocratique ; donc la peur d’un avenir incertain est présent. » C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur des USA au Burkina, Tulinabo Mushingi, dans son discours lors de la cérémonie commémorative du 238e anniversaire de l’indépendance de sons pays. Pour lui, le gouvernement américain est prêt à accompagner les Burkinabè à construire une démocratie possédant des institutions fortes et stables. « Les Burkinabè doivent se sacrifier pour prôner l’alternance », a-t-il dit. Et de paraphraser le président Barack Obama qui disait autrefois : « Il n’y a pas de changement sans risque, et pas de progrès sans sacrifice ». Cette cérémonie a été l’occasion pour le diplomate de souhaiter un joyeux anniversaire à tous les Américains vivant au Burkina et de les convier à toujours se rappeler la signification de l’indépendance et la force de leur nation fondée en 1776 sur le principe « Un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». En effet, a-t-il souligné, la Constitution américaine, ratifiée il y a 225 ans, au fil des années a clarifié la notion d’égalité, et 27 amendements ont été formulés. La plupart des amendements ont élargi les libertés de l’individu, les autres ont délimité le pouvoir du gouvernement. « Nous, Américains, restons unis sur la base de notre entendement que nous sommes tous créés égaux et dotés de droits inaliénables, y compris le droit de participer au gouvernement », a-t-il martelé. C’est en présence de l’épouse du chef de l’Etat, Chantal Compaoré, et de quelques membres du gouvernement que le diplomate a annoncé avec fierté sa tournée dans les 13 régions du Burkina. Il a aussi signifié qu’il est réconforté de noter que les programmes du gouvernement américain dont l’objectif est de construire la résilience des populations les plus vulnérables portent leurs fruits. « Pour cette raison, a-t-il confié, très prochainement, il sera lancé officiellement de nouveaux programmes de résilience de l’USAID avec des interventions dans les domaines de l’eau et de l’assainissement, de la santé et nutrition et de la bonne gouvernance ».

Valérie TIANHOUN

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer