A la uneOmbre et lumière

ARMAND BEOUINDE AU PRESIDENT DU FASO

« Nous sommes prêts à répondre à votre mot d’ordre de recrutement de volontaires »

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a rencontré, le 24 novembre 2019 à Kosyam, les maires et députés membres du Réseau des parlementaires pour la décentralisation et le développement local. Après lui avoir fait le point des conclusions des travaux des 16es Journées de la commune burkinabè (JCB) tenues du 21 au 23 novembre 2019 à Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud, sous le thème : « Fiscalité et développement, enjeux et perspectives », après avoir exprimé au chef de l’Etat leurs préoccupations et propositions de sortie de crise, ils ont réitéré leur disponibilité à accompagner le processus de recrutement des volontaires pour lutter contre l’insécurité dans les zones sous menace, voulu par le président du Faso. Les maires du Burkina Faso soutiennent le recrutement de volontaires pour la défense des zones sous menace, annoncé par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Ils l’ont dit le 24 novembre dernier au cours de la rencontre entre le chef de l’Etat, et les maires et membres du Réseau des parlementaires pour la décentralisation et le développement local pour faire le point des 16e Journées de la commune burkinabè (JCB) tenues du 21 au 23 novembre 2019 dans la cité de l’Epervier. « Le peuple burkinabè reste debout et ne met pas le genou à terre parce que vous restez debout et c’est vous qui insufflez le courage et la détermination dont il a besoin pour résister, pour faire face à l’adversité et à la méchanceté gratuite et injustifiée. Vous êtes le commandant en chef non seulement des vaillantes FDS, mais aussi celui de tous les patriotes de ce pays qui sont citoyens de nos communes et au nom desquels nous sommes venus vous rassurer de notre soutien indéfectible et de notre adhésion à votre vision et à votre action. Nous sommes prêts à répondre à votre mot d’ordre de recrutement de volontaires afin de contrer la percée terroriste dans notre pays, car ce sont nos communes qui sont les cibles les plus récurrentes de ce fléau. L’objectif visé par les commanditaires étant d’aggraver la vulnérabilité économique et sociale de nos régions pour en faire des réservoirs de recrutement, en fait, déstabiliser toute la nation », a annoncé le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, par ailleurs président de l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF). Avant cette annonce, le maire de la capitale burkinabè a salué les efforts du gouvernement pour les multiples actions en faveur des collectivités territoriales. Il s’agit, entre autres, du transfert de certaines compétences, des ressources financières, consacré dans le budget de l’Etat exercice 2020.

Armand Béouindé, vice-président de Cités et gouvernements locaux unis

Malgré ces efforts, relève le bourgmestre de Ouagadougou, des difficultés subsistent. A l’en croire, certains ministères traînent les pieds pour effectuer le transfert des ressources. Il existe également, selon lui, des difficultés de collaboration entre les services des impôts et les collectivités territoriales qui se sentent comme prises en otage par les services des impôts parce qu’il n’y a pas de bases claires de collaboration entre les deux services. Ce fut l’occasion pour lui d’annoncer l’élection du Burkina Faso à la vice-présidence de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) aux côtés du Dr Mohamed Boudra, maire d’Al Hoceima (Maroc), élu le 15 novembre 2019 à Durban en Afrique du Sud comme président de la faîtière des faitières des élus locaux.  Signalons que les difficultés rencontrées par les élus locaux dans l’exercice de leurs fonctions ont été également débattues au cours de la rencontre à la laquelle ont pris part le Premier ministre Christophe Dabiré, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Siméon Sawadogo, le ministre de l’Economie, des finances et du développement, Lassané Kaboré, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des finances et du développement, chargée de l’aménagement du territoire, Pauline Zouré, pour ne citer que ceux-là. Le passeport diplomatique aux élus locaux, l’accaparement des terres par les promoteurs immobiliers, la gestion du foncier au niveau rural, les indemnités des élus locaux ont été abordés au cours de la rencontre. Signalons que le président du Faso a donné des instructions aux ministres concernés de trouver des solutions aux préoccupations du moment. En rappel, l’appel avait été lancé par le président du Faso après l’attaque d’un convoi transportant des travailleurs, entrepreneurs et fournisseurs de la mine d’or de SEMAFO SA, sur l’axe Ougarou-Boungou dans la région de l’Est du pays, attaque qui avait fait 38 morts et de nombreux blessés.

Issa SIGUIRE

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer