ASSOMPTION 2018 : Les fidèles chrétiens « jubilent avec Marie » à Yagma

ASSOMPTION 2018    : Les fidèles chrétiens « jubilent avec Marie » à Yagma

 Les fidèles chrétiens du Burkina, à l’instar des autres pays, ont célébré la fête de l’assomption, une fête encore connue sous le nom de la montée glorieuse de la Vierge Marie auprès de son fils Jésus-Christ. A Ouagadougou, c’est par un pèlerinage diocésain à Yagma  que cette fête du 15 août 2018 a été célébrée. Un pèlerinage qui marquait la clôture de l’année jubilaire du sanctuaire notre dame de Yagma (SNDY), sous le thème : « Avec Marie notre mère, jubilons et annonçons les merveilles de Dieu ».

 

Venus des quatre coins du Burkina et d’autres pays comme le Ghana, les fidèles catholiques, en ce 15 août, date de la montée de la Vierge Marie auprès de son fils Jésus-Christ, ont convergé vers le SNDY, pour lui témoigner leur reconnaissance pour toutes les grâces reçues ainsi que sa présence dans ce sanctuaire depuis 50 ans. Et c’est avec des chants d’action de grâce, de louanges  et d’invocation accompagnés de pas de danse et de cris de joie que les fidèles ont accompagné la Vierge Marie auprès de son fils Jésus-Christ. Une forte délégation d’environ 294 pèlerins, est venue du Ghana pour  célébrer cette fête de l’Assomption. En présence de tous ces fidèles et de quelques membres du gouvernement, le Cardinal Philippe Ouédraogo a, dans son homélie, soutenu selon Saint Luc chapitre 1 verset 48 : «Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse ». Il  a invité les fidèles à chercher à se réfugier sous la protection de la maman du Ciel qui est la mère des catholiques et ne jamais passer une journée sans prier cette mère sainte, d’où cette célébration qui lui est dédiée en ce jour glorieux. C’est en 1950, a laissé entendre  le cardinal Philippe Ouédraogo, que le Pape Pie XII a proclamé l’Assomption de la Vierge Marie. Et cela, pour lui, est une des données de la foi catholique. « La Vierge Marie a été bénie et élevée corps et âme au ciel, et a bénéficié de la résurrection de son fils et cela est aussi signe de résurrection pour chacun de nous, chrétien catholique », a-t-il dit. C’est une grande fête pour le peuple chrétien, a-t-il poursuivi,  car toujours dans l’évangile selon Saint Luc, Marie a visité sa cousine Elisabeth et lui a apporté son fils Jésus et toutes deux ont chanté le « magnificat ». Pour le cardinal, cela est un appel fort pour tous les catholiques, en ce sens que tous les chrétiens doivent se rendre  visite entre eux et ne pas ignorer les plus faibles,  ainsi que les démunis et les prisonniers. Nous devons aussi partager notre foi, a-t-il ajouté, avec ceux qui ne connaissent pas Jésus et qui ne partagent pas notre foi. « Selon les statistiques, au Burkina, moins de 75% de la population connaît Jésus. Ne restez plus chez vous avec le fils, mais allez l’offrir à ceux qui ne l’ont jamais rencontré et offrez-le à ceux qui  n’ont plus d’espoir  dans leur vie», a-t-il lancé. Et en ce jubilé d’or du SNDY, le cardinal Philippe Ouédraogo a indiqué que les regards des catholiques sont luisants d’espoir et une relecture du passé encore interpelle tous les fidèles à l’action de grâce. « 50 ans durant, Marie a su essuyer les larmes de tant de femmes venues pleurer à ses pieds. Et elle est encore assise en ces lieux, nous accueillant de son regard maternel et sait ce qui manque chez chacun de ses enfants et ce qui fait défaut à notre église famille de Dieu et aussi ce qu’il faut à notre cher pays le Burkina », a-t-il souligné. Pour ce, a-t-il signifié, nous devons demander à la Vierge Marie de nous rendre visite comme elle le fit avec sa cousine Elisabeth et qu’elle fasse dans les différentes familles son magnificat qui apaisera les conflits pour l’instauration de la paix, de la joie et le bonheur. Dans le cadre des 50 années d’existence du SNDY, le cardinal a aussi indiqué que beaucoup d’activités ont été menées lors de la clôture de ce jubilé d’or, notamment l’inauguration de  la maison du pèlerin au sein du sanctuaire. Parce que, a-t-il soutenu, nous voulons que ce sanctuaire de Yagma soit à l’instar des autres sanctuaires qui attirent du monde, notamment celui de Yissia, de Lourdes, de Jérusalem et de Lisieux où tout le monde viendra aussi prier, parce que c’est le même Seigneur, le même Dieu et la même maman qui sont présents dans le monde. Il a, du reste, noté que dans les jours à venir, un monastère sera implanté pour la sanctification du peuple de Dieu. Quelques fidèles à l’exemple de Yolande Monet, ont apprécié le message du cardinal. Selon elle, c’est un message fort et plein d’enseignement, car il exhorte tous les catholiques à la prière et à être toujours en communion avec la Vierge Marie. C’est une joie, a-t-elle indiqué, d’être présente à la célébration des 50 ans du SNDY et elle espère aussi être encore présente pour le centenaire de ce lieu saint. Elle s’est dite heureuse de toutes les actions menées pour que ce sanctuaire soit un lieu de pèlerinage et exhorte la Vierge Marie à toujours exaucer leurs prières. Pour Léon Dakissaga, un autre fidèle, c’est un jour béni de Dieu, où les fils et filles du Seigneur se réunissent pour parler Dieu. « Nous sommes frères et sœurs et nous devons vivre dans la chrétienté en bons pères et mères de famille et toujours annoncer la bonne nouvelle », a-t-il lancé. Du reste, il a laissé entendre que c’est une grande joie pour lui, d’avoir participé, avec les autres fidèles, à la célébration des 50 années d’existence du SNDY. Cela prouve, a-t-il poursuivin que les fils de Dieu sont en communion et comptent vivre encore cette communion pour beaucoup de siècles. Et son souhait, a-t-il ajouté, est de pouvoir fêter les 75 ans de ce sanctuaire.

 

Valérie TIANHOUN

 

 Pour sûr, au vu du contexte sécuritaire national et avec l’expertise des forces de défense et de sécurité, les parkings et marchés de nourriture et de boissons étaient, en cette célébration de 15 août 2018 à Yagma, situés à l’extérieur du site. Seuls les vendeurs d’objets de piété étaient autorisés à l’intérieur du site. L’enceinte du Sanctuaire était une zone piétonne pour tous. La bretelle de l’entrée principale sud-ouest, était piétonne sur une distance de 1,5 Km. Malgré cette distance piétonne, d’autres pèlerins, chaussures en main, ont participé massivement à cette célébration d’action de grâce.

 

Une prière sous haute surveillance

 

Vu le contexte sécuritaire du pays, le pèlerinage, en cette fête de l’Assomption, était sous haute surveillance bien ordonnée. Partout, les allées comme dans les autres coins du sanctuaire, les forces de l’ordre étaient présentes et avaient un œil vigilant sur tous les pèlerins.

 

Quand Yagma devient un lieu de bouffe

 

Le pèlerinage à Yagma n’est pas seulement un moment de prière, mais aussi de réjouissance et de la gastronomie. En effet, après la prière, place à la bouffe et à la boisson. On dirait que certains fidèles étaient pressés que le prêtre donne la bénédiction finale de la célébration pour  se retrouver devant les assiettes de porc au four et les bouteilles de bière ainsi que le dolo rouge. Car, c’est le constat que nous avons fait en faisant le tour de certains maquis dressés spécialement pour la circonstance, où l’engouement était au rendez-vous.

 

Rassemblés par V.T.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+