ATTAQUE TERRORISTE DU 13 AOUT : Le Mogho Naaba donne 500 000 F CFA aux blessés

ATTAQUE TERRORISTE DU 13 AOUT : Le Mogho Naaba donne 500 000 F CFA aux blessés

Après l’attaque terroriste du Café Aziz Istanbul le 13 août 2017, la chaîne de solidarité qui s’est dressée spontanément, ne cesse de s’allonger. En effet, pour témoigner leur solidarité aux victimes de l’attentat, une délégation de Sa Majesté le Mogho Naaba a effectué une visite au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo  (CHU-YO) où elle a été reçue par Robert Bibia Sangaré, Directeur général dudit hôpital.

« Sa Majesté nous a envoyés vous encourager. Comme tous les Burkinabè, nous sommes touchés par les évènements du 13 août dernier et Sa Majesté ne peut pas rester en marge de cet élan de solidarité. Voilà pourquoi il nous a envoyés de venir vous encourager, vous féliciter pour que vous redoubliez d’efforts. Nous sommes venus ce matin pour souhaiter meilleure santé aux blessés et à tous ceux qui ont été touchés physiquement ou moralement. Nous souhaitons que cela ne se reproduise plus au Burkina  Faso ».  Voici en substance, le message que Sa Majesté le Mogho Naaba a fait porter au Directeur général du CHU-YO. Pour couronner le tout, les envoyés de Sa Majesté, en l’occurrence le Dapoya Naaba, le Kamboin Naaba et le Samana Kassanga, ont  été chargés de remettre une autre commission : « Sa Majesté nous a donné une modeste somme de 500 000  F CFA », a relevé le Samana Kassanga. Joignant l’acte à la parole, il a remis l’enveloppe à Bibia Robert Sangaré, Directeur général du CHU-YO, qui a fait comprendre que l’acte posé par le Mogho Naaba est « un geste qui nous va droit au cœur et qui traduit encore l’estime dont jouit Sa Majesté. A chaque fois, dans les moments difficiles, il a toujours su se montrer à la hauteur de sa mission de personnalité morale qui fédère la nation burkinabè ».  Profitant de l’occasion, le Directeur général a fait le point des blessés qui ont été reçus à Yalgado. « Nous avons enregistré 25 blessés, le premier jour. Trois sont arrivés déjà décédés : 2 Burkinabè et un Turc. Il y avait une dame, Victorine Nana, qui est arrivée dans un état critique. On a essayé de la sauver. Malheureusement, elle aussi est décédée au bloc opératoire. 14 personnes ont été tuées sur place. Ce qui fait  un total de 18 morts composés de 8 Burkinabè, 2 Canadiens, 2 Koweitiens, 1 Sénégalaise et son mari qui est d’origine libanaise, 1 Nigérian, 1 Turc, 1 Algérien. Il y a au moins 8 nationalités qui ont été touchées. En attendant la suite, nous avons transféré l’ensemble des corps au nouvel hôpital du district de Bogodogo et les médecins légistes sont en train de faire le travail. A l’heure actuelle, nous avons pu libérer certains dont les blessures ne nécessitaient plus qu’on les retienne en hospitalisation. On a envoyé deux blessés à l’hôpital Blaise Compaoré, notamment un Algérien et notre compatriote le gendarme qui est sérieusement blessé. Les autorités ont souhaité qu’il puisse être évacué, mais son état ne permet pas qu’il soit déplacé. Il  y a une dame dont une balle a traversé la poitrine, qui a repris connaissance à la grande réanimation. Il y a un autre gendarme dont la vie n’est pas en danger.  Un  autre blessé, en neurochirurgie, a pris une balle dans la tête, mais heureusement, cette balle est restée sous la peau et on a pu l’extraire par une opération. Au stade où nous en sommes actuellement, trois blessés sont hospitalisés à Yalgado, deux à  l’hôpital Blaise Compaoré, un autre blessé à Schiffra et une autre personne hospitalisée à la clinique « Les Genêts».  Après avoir fait brièvement le bilan, le Directeur général de l’hôpital a tenu à saluer la démarche du Mogho Naaba. « Elle nous va droit au cœur, droit au cœur des blessés et du personnel de la santé qui se sent honoré », a-t-il conclu.

Françoise DEMBELE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+