A la uneBaromètre

ATTAQUES TERRORISTES AU BURKINA :

Le PPR se félicite du « nouveau langage de l’opposition »

 

Dans la déclaration ci-dessous parvenue à notre rédaction, le Parti du peuple républicain (PPR) revient sur les attaques terroristes que connaît notre pays. Tout en appelant les Burkinabè à l’union sacrée, il se félicite, dit-il, du « nouveau langage de l’opposition ». Lisez !

A l’entame du terrorisme au Burkina Faso, il était très difficile pour la majorité des Burkinabè de saisir exactement les objectifs majeurs des terroristes. Ceux qui avaient une idée sur les enjeux du terrorisme au Burkina, avaient du mal à se faire comprendre clairement par les Burkinabè. Cette situation a été rendue plus complexe par la démagogie d’une bonne partie de l’Opposition politique et de certaines organisations de la société civile. En effet, ces derniers, à défaut de chercher à comprendre les raisons fondamentales des attaques terroristes, ont préféré s’en prendre aux autorités nationales. Ce faisant, ils ont fait le jeu des terroristes et empêché d’emblée une claire compréhension de la lutte contre le terrorisme. En effet, ils ont délibérément perturbé l’action du gouvernement en exigeant et en obtenant parfois de la part du gouvernement, certains « changements » tels que : « le ministère en charge de la justice est un super ministère », « le ministre en charge de la sécurité n’est pas à la hauteur »… 
La nature prise par le terrorisme aujourd’hui au Burkina ne laisse plus de doute quant à sa finalité ultime. Maintenant, la majorité des Burkinabè comprennent que les terroristes s’attaquent à notre démocratie, ils veulent empêcher les autorités de construire le pays conformément à l’esprit de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Pour ce faire, la stratégie des terroristes est allée crescendo :
- ils ont voulu s’attaquer aux symboles de l’Etat pour entamer la confiance des Burkinabè aux autorités ;
- ils ont voulu créer la panique au sein de la population en s’attaquant, tous azimuts, à des lieux publics ;
- ils ont voulu s’attaquer à la cohésion entre l’armée et le gouvernement, d’une part, et au sein de l’armée, d’autre part, en ciblant des objectifs militaires ;
- ils ont voulu s’attaquer à l’unité nationale, à notre vivre-ensemble en semant la suspicion entre des groupes communautaires ;
- ils ont voulu s’attaquer à notre spiritualisme tolérant en ciblant des églises et des temples.
Heureusement, la capacité de résilience des Burkinabè ainsi que les efforts des autorités nationales et des Forces de défense et de sécurité ont permis d’éviter le pire. Les différentes mutations du terrorisme ont fini par faire comprendre aux Burkinabè que le terrorisme dépasse les préoccupations politiques ou idéologiques. Le terrorisme, au-delà de vouloir empêcher le président Kaboré de dérouler son programme, s’attaque à notre démocratie, à notre vivre-ensemble, à notre Nation. Il y a lieu de se féliciter du nouveau langage de l’Opposition politique qui appelle à la mobilisation nationale pour vaincre le terrorisme qui menace notre unité nationale.
A qui profitent les crimes, les barbaries des terroristes sinon qu’à ceux qui sont contre la démocratie qui se développe depuis l’insurrection populaire et à ceux qui sont contre le pouvoir mis en place par les Burkinabè après une élection transparente ?
Le Parti du Peuple Républicain (PPR) fait confiance aux changements des mentalités qui s’opèrent. Je suis confiant que la fin du terrorisme est proche. Notre parti pense que le dialogue politique qui se profile à l’horizon, servira de cadre objectif pour recueillir toutes les propositions concrètes pour mettre fin, au Burkina Faso, au terrorisme dont les funestes objectifs sont maintenant connus de tous les Burkinabè. Peuple du Burkina, quelles que soient ta religion, ton ethnie, ton opinion politique, mobilisons-nous pour venir à bout du terrorisme !

Que Dieu protège le Burkina Faso !

Pour le Bureau Exécutif du PPR
François Tambi KABORE

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer