BONJOUR

BONJOUR

Le constat est réel. Certains officiels (ministres, députés, présidents d’institutions, DG, etc.) n’aiment pas chanter l’hymne national lorsque les circonstances l’exigent au cours de certaines cérémonies. On les voit souvent arrêtés, muets comme des carpes. Pourquoi ? Est-ce parce que certains d’entre eux ne maîtrisent pas par cœur l’hymne de leur pays ? C’est la question que l’on est en droit de se poser. Mais si tel est le cas, il faudra désormais qu’une fois nommé ou élu, chaque officiel ait une copie du Ditanyè qu’il pourrait apprendre à ses temps perdus au bureau ou à la maison.

Boundi OUOBA 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+