A la uneOmbre et lumière

COMMUNE DE BOUDRY : La sous-section ODJ remontée contre la société Tanlouka SA

Entre les populations de la commune de Boudry et la société Tanlouka SA, le climat ne semble plus être au beau fixe par rapport au site aurifère de Pousgin. C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée le lundi 30 mai 2016 par des responsables de la sous-section de Boudry de l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina (ODJ), au siège de ladite organisation à Ouagadougou.

 

La situation a commencé à faire du bruit en 2014 et elle concerne le site aurifère de Pousgin dans la commune de Boudry, dans la province du Ganzourgou. La population de cette localité, à travers la sous-section de l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina (ODJ) de Boudry, a exprimé son mécontentement vis-à-vis de la société Tanlouka SA. Des responsables de cette sous-section, avec à leur tête le chef de Boudry, le Noins Naaba, le chef de terre, les responsables des jeunes et des personnes âgées, l’ont exprimé lors d’une conférence de presse le 30 mai dernier au siège de l’ODJ à Ouagadougou. Ils ont d’abord rappelé que le site aurifère de Pousgin a permis à des milliers de personnes de la commune de Boudry, de ses environs et d’ailleurs de trouver de quoi nourrir et soigner leurs familles, scolariser leurs enfants et de s’occuper des personnes âgées. Et même que, sur fonds propres, des orpailleurs soutenaient l’Etat burkinabè en offrant des logements à des écoles ou en aménageant des puits au profit des populations. D’autres personnes également en profitaient à travers des activités connexes que sont le commerce et la restauration. Mais voilà que, juste au lendemain de la prise du pouvoir par Yacouba Isaac Zida, la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) serait venue abattre une répression sur le site en mettant le feu à environ 200 boutiques, ont fait savoir les conférenciers.

 

Le chômage et l’inactivité rongent les jeunes

 

Pour le Noins Naaba et ses camarades, la situation est plus que préoccupante aujourd’hui et le plus inquiétant, soulignent-ils, « c’est que Pierre Tapsoba et sa société (Tanlouka SA) veulent maintenant déguerpir une partie de Boudry ». Ils auraient commencé, ont-ils ajouté, un recensement de la population. Les conséquences d’un tel acte, relèvent-ils, sont énormes puisque, selon ces responsables de Boudry, faute d’activités liées à l’orpaillage, le chômage et l’inactivité rongent les jeunes et un bon nombre a quitté la commune, abandonnant femmes et enfants dans la misère. Des femmes abandonnent également leurs maris et des enfants leur scolarité. Tout cela irrite les responsables de la sous-section de l’ODJ de Boudry qui affirment que la société n’a pas tenu ses promesses qui étaient, entre autres, la réalisation de centres de santé et d’écoles. Ils avouent que plusieurs supplications ont été faites à Pierre Tapsoba pour qu’il permette aux populations de travailler au moins dans les environs, mais elles se sont heurtées à son refus catégorique. Ils affirment qu’un groupe de CRS tient fermement les lieux. Aussi, interpellent-ils les autorités afin qu’elles interviennent auprès de la société Tanlouka SA pour qu’elle cesse de mépriser et martyriser les populations. Les responsables de la sous-section de Boudry ont rappelé que la jeunesse de ladite localité a dressé une plateforme revendicative qu’elle a remise à la présidente de la délégation spéciale de Boudry en novembre 2015, qui est restée sans suite.

 

Antoine BATTIONO

 

La plateforme revendicative de la jeunesse de la commune de Boudry transmise à la présidente de la délégation spéciale de Boudry et signée de la sous-section de l’ODJ le 21 novembre 2015.

-Réouverture du site aurifère de Pousgin aux populations

-Dédommagement de toutes les personnes qui ont perdu leurs biens lors de la répression barbare de décembre 2014 sur ledit site

-Respect des libertés et de la dignité des populations locales

-Accès à l’eau potable (réfection des forages existant et construction de nouveaux)

-Construction de CSPS dans les villages de Boudry qui n’en ont pas

-Construction d’infrastructures scolaires et accès des enfants de Boudry à une éducation de qualité

-Sécurisation des populations et de leurs biens

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer