CONFEDERATION ESTUDIANTINE ET SCOLAIRE D’AFRIQUE : Le rapprochement entre étudiants et élèves africains au menu d’une rencontre

CONFEDERATION ESTUDIANTINE ET SCOLAIRE D’AFRIQUE   :   Le rapprochement entre étudiants et élèves africains au menu d’une rencontre

Assi Fulgence dit AFA, le secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), par ailleurs président de la Confédération estudiantine et scolaire d’Afrique (Cesa), a organisé une conférence de presse le jeudi 9 août dernier au centre de presse Norbert Zongo. Entre autres sujets abordés au cours de cette rencontre avec les Hommes de médias, il y a la question de la mobilité des étudiants entre les universités du Burkina Faso et celles de la Côte d’Ivoire en particulier et les universités africaines en général, le point de sa rencontre avec son Excellence Alpha Condé, président de la république de Guinée et le sommet des élèves et étudiants africains au mois d’octobre prochain à Conakry.

 

Sur la question de la mobilité des étudiants  entre les universités du Burkina Faso et celles de la Côte d’Ivoire , le conférencier a mis l’accent sur l’embellie des relations entre son pays et le Burkina Faso à travers le Traité d’amitié et de coopération ( TAC)  pour interpeller les autorités des deux pays sur la nécessité de permettre aux étudiants burkinabè de pouvoir s’inscrire au même frais que leurs homologues ivoiriens dans les universités en Côte d’Ivoire , et qu’ ils puissent bénéficier des allocations sociales  . « Au nom des liens séculaires et historiques qui lient particulièrement les deux pays, il faut nécessairement cela et ce, au plus vite pour faciliter la scolarisation des étudiants burkinabè en Côte d’Ivoire pour ceux qui le souhaitent et qu’ils puissent bénéficier des mêmes conditions sociales qu’un étudiant ivoirien», a-t-il indiqué. Quant à sa rencontre avec le Président guinéen et les raisons qui ont motivé le choix de son pays pour la tenue du sommet des élèves et étudiants africains au mois d’octobre prochain, Assi Fulgence a soutenu que le combat du Président guinéen Alpha Condé pour le panafricanisme a justifié le choix de son pays pour abriter le siège de la Confédération estudiantine et scolaire d’Afrique (Cesa). « Nous soutenons la politique panafricaniste du Président Condé. Ainsi, nous avons compris notre mission. Nous disons à l’ensemble des étudiants d’Afrique qu’ils ont un père, un repère en la personne du Président Condé qui a donné son accord de principe pour que le siège de la Cesa soit en terre guinéenne. Il a souhaité venir nous rencontrer dans les jours à venir pour nous aider à réussir notre mission », a-t-il affirmé non sans avoir traduit ses remerciements aux autorités burkinabè et aux chefs coutumiers pour leur constante disponibilité. « L’hospitalité légendaire de cette nation reste un grand patrimoine à protéger et à vulgariser », a-t-il dit pour conclure. En rappel, le sommet de la CESA qui aura lieu du 15 au 18 octobre prochain vise selon Assi Fulgence à rapprocher les étudiants et les élèves africains « afin de briser les barrières héritées de la colonisation qui a contribué à la balkanisation de l’Afrique » ? Il va réunir les 54 pays africains et sera placé sous le parrainage du Président Alpha Condé.

Seydou TRAORE

 

Assi Fulgence à propos de la libération de Simone Gbagbo

 

« C’est un acte de grandeur et de responsabilité du Président ADO »

 

A l’occasion de la commémoration du 58e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le Président de la république, Alassane Ouattara, a fait une adresse à la Nation, le lundi 6 août 2018. Un message dans lequel il a pris la décision d’amnistier environ 800 prisonniers politiques dont Simone Gbagbo, épouse de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo. A la suite de cette annonce, nous avons recueilli, le jeudi 9 août 2018, la réaction d’Assi Fulgence dit AFA, le secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), par ailleurs président de la Confédération estudiantine et scolaire d’Afrique (Cesa) présentement à Ouagadougou dans le cadre des préparatifs du sommet des élèves et étudiants africains qui aura lieu en octobre prochain à Conakry :

« Nous saluons cet acte avec déférence parce que pour nous au niveau de la FESCI, c’est un acte de grandeur. C’est aussi un acte salutaire et de responsabilité du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Il a démontré à travers ce geste que la Côte d’Ivoire est désormais résolument engagée sur la voie de la paix et de la réconciliation. Notre pays sort d’une grave crise et aujourd’hui, l’heure est à l’apaisement des cœurs. Nous pensons que les plus grands bénéficiaires de l’acte que vient de poser le chef de l’Etat, c’est nous la jeunesse. Nous ne pouvons pas construire un Etat fort sans la paix et la réconciliation. Il est donc temps que chaque Ivoirien  ait une démarche conciliante. J’espère que les uns et les autres en tireront profit car, il ne s’agit pas de mettre des personnes en liberté pour revivre par la suite des situations beaucoup plus dramatiques. Il faudrait que chacun à son niveau fasse preuve de responsabilité pour une sortie de crise définitive en Côte d’Ivoire. »

Propos recueillis par ST

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+