A la uneOmbre et lumière

CONGRES DE L’UNIR/PS

Me Bénéwendé Sankara reconduit à la tête du parti

L’Union pour la renaissance / parti sankariste (UNIR/PS) a tenu, les 30 et 31 mai 2020, un congrès extraordinaire. A la cérémonie de clôture des travaux, les congressistes ont rejeté la démission de Me Benewendé Stanislas Sankara annoncée la veille, avant de le reconduire à la tête du parti jusqu’au prochain congrès ordinaire.

Me Bénéwendé Stanislas Sankara reste le président de l’Union pour la renaissance / parti Sankariste (UNIR/PS) jusqu’au prochain congrès ordinaire en 2021. Ainsi en a décidé le congrès extraordinaire du parti de l’œuf, tenu les 30 et 31 mai derniers à Ouagadougou. En effet, celui qui conduit le parti depuis sa création, avait présenté sa démission la veille pour, dit-il, laisser la place à la relève. « Après plus de vingt (20) ans passé à la tête de notre organisation commune, l’Union pour la Renaissance/Parti Sankariste (UNIR/PS), l’heure est venue pour moi de transmettre le flambeau pour la relève mais aussi et surtout pour la pérennité de notre combat qui restera permanent jusqu’à la victoire finale. C’est pourquoi aujourd’hui même, je rends ma démission de la présidence du parti pour en être un militant à la base », avait-il dit. Et la réaction des congressistes ne s’est pas faite attendre. « Nous, participantes et participants au congrès extraordinaire de l’UNIR/PS tenu les 30 et 31 mai 2020 au palais de la culture Jean Pierre Gunigané à Ouagadougou, rejetons la démission annoncée du camarade président Bénéwendé Stanislas Sankara. Nous réitérons notre confiance au camarade Bénéwendé Stanislas Sankara, le maintenons à la présidence pour conduire le parti jusqu’au prochain congrès ordinaire », ont-ils dit. Par la même résolution, le congrès a maintenu le secrétariat exécutif national du parti pour accompagner le président. Et Bénéwendé Stanislas Sankara de répondre : « Vous avez pris la résolution de rejeter ma démission, alors je prends acte ». Aussitôt reconduit, il a promis tenir le flambeau haut pour mettre au goût du jour, les idées sankaristes au pays des Hommes intègres. « Aujourd’hui, nous n’avons pas la prétention d’avoir répondu prestement aux attentes profondes de nos militants et des Burkinabè vis-à-vis de la gouvernance actuelle. Nous disons seulement que conformément à nos principes d’action sankariste basées sur la critique et l’autocritique, l’UNIR/PS a conservé sa serve et son aura. C’est pourquoi, analysant froidement la gouvernance actuelle, prenant en compte la dimension plurielle des préoccupations populaires, nous disons que si le président Roch Marc Christian Kaboré a montré sa bonne foi dans les orientations politiques, il reste entendu que sa gouvernance n’a nullement entamé la rupture tant espérée », a reconnu Bénéwendé Sankara. Pour y remédier, il a pris l’engagement, au nom de son parti, de proposer, dans les jours à venir, un manifeste sur la rupture et la bonne gouvernance. Signalons que le congrès extraordinaire était placé sous le thème : « Quelles stratégies de campagne pour une victoire éclatante de l’UNIR/PS aux élections couplées de 2020 ? ». Les congressistes ont formulé plusieurs motions. Il s’agit d’une motion de soutien aux FDS, une aux agents de santé qui luttent contre le COVID-19, de dénonciation de la stigmatisation des communautés et le repli identitaire et une dernière pour soutenir le président du Faso. Le congrès a également donné quitus au secrétariat exécutif national de poursuivre la réflexion sur les dossiers de candidatures aux élections présidentielle et législatives du parti. Ils lui ont aussi donné mandat pour faire des alliances ou coalitions stratégiques en vue d’assurer des victoires éclatantes au parti de l’œuf.

Issa SIGUIRE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer