A la uneOmbre et lumière

CORONAVIRUS AU BURKINA FASO

75 cas confirmés, 4 décès

Le Burkina Faso enregistre, à la date du 21 mars 2020, 75 cas confirmés de Covid-19. 66 d’entre eux sont à Ouagadougou, 4 à Bobo-Dioulasso, 2 à Dédougou, 2 à Boromo et 1 à Houndé. Quatre décès ont également été enregistrés. Ces informations ont été livrées par Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de coronavirus, le 22 mars dernier à Ouagadougou.

Le coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de coronavirus, Pr Martial Ouédraogo, était, le 22 mars dernier à Ouagadougou, face à la presse pour faire le point de la situation du coronavirus au Burkina Faso. De ce point de presse, l’on retient que 11 nouveaux cas ont été diagnostiqués. Ce qui porte le nombre de cas à 75 dont 66 à Ouagadougou, 4 à Bobo-Dioulasso, 2 à Dédougou, 2 à Boromo et 1 à Houndé. « A ce jour, nous sommes à un cumul de 75 cas confirmés. Il s’agit de 30 femmes et 45 hommes. Nous comptons aussi 5 personnes guéries », a précisé Pr Martial Ouédraogo. Ce fut l’occasion pour lui d’annoncer le décès d’une 4e personne : « Nous enregistrons à ce jour 4 décès. Le premier décès, c’est la femme de 62 ans diabétique. Le décès d’une femme de 46 ans diabétique. Un homme de 33 ans sans aucune comorbidité. Enfin, une femme de 88 ans diabétique » », a ajouté le coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de coronavirus. A l’en croire, 604 personnes sont en confinement à la date du 22 mars 2020, mais ce chiffre peut évoluer à tout moment. C’est pourquoi, interpelle l’épidémiologiste Martial Ouédraogo, les Burkinabè doivent respecter scrupuleusement les mesures édictées pour éviter de nouvelles contagions. Toute chose qui pourrait rendre la situation plus compliquée qu’elle ne l’est, à cause de la modestie des moyens dont dispose le Burkina Faso. En attendant, le pays des Hommes intègres peut compter sur ses amis et ses partenaires techniques et financiers. Il s’agit, entre autres, de la République populaire de Chine, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation ouest- africaine de la santé (OOAS). A la question de savoir si toute personne ayant été en contact avec un cas suspect peut se faire dépister, le Pr Martial Ouédraogo est formel. Il faut attendre les premiers signes avant de se faire dépister. « Il arrive que certaines personnes appellent et souhaitent se faire dépister parce qu’elles ont été en contact avec une autre déclarée positive au Covid-19. Il faut savoir que si vous avez eu contact avec une personne qui fait la maladie et que vous êtes infecté, il y a un délai entre ce contact et le fait que vous commenciez à manifester des signes qu’on appelle l’incubation. Pendant cette phase d’incubation, on ne peut pas savoir si vous êtes malade, même si on fait le test. L’organisme n’a pas encore développé de défense qui fasse que le test soit positif. C’est quand vous commencez à devenir malade qu’on peut vous tester. Si on commence à tester tous les contacts, nous serons à court de tests. Déjà sur le plan mondial, tout le monde est pris au dépourvu. Si nous nous amusons à ne pas utiliser de manière efficiente les tests, on risque d’avoir des problèmes de tests », a indiqué le Pr Martial Ouédraogo avant de confirmer la suspension des prises en charge à domicile et la réquisition du Centre hospitalier universitaire CHU de Tengandogo, ex- Hôpital Blaise Compaoré, pour le traitement des personnes atteintes du coronavirus.

Issa SIGUIRE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer