A la uneArrêt sur le Mouhoun

COUVRE-FEU

Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogènes à Bobo

 

 

Pour une reprise effective de leurs activités, des acteurs culturels de la ville de Bobo-Dioulasso avaient décidé de donner de la voix pour exprimer leur mécontentement face au maintien du couvre-feu, qu’ils estiment « inutile ». A cet effet, un rassemblement était prévu le 30 mai dernier, à la place Tiéfo Amoro, suivi d’une marche jusqu’au gouvernorat pour transmettre leurs doléances au gouverneur de la région des Hauts-Bassins.

Des acteurs culturels de la ville de Sya ont décidé de donner de la voix, pour dénoncer le maintien du couvre-feu instauré par les autorités en vue de stopper la propagation de la maladie à coronavirus au Burkina Faso. Selon eux, le maintien du couvre-feu constitue un frein à la reprise de leurs activités. Ces acteurs culturels ont alors introduit une demande d’autorisation auprès de l’autorité municipale de Bobo-Dioulasso, pour l’organisation d’une marche. Cette demande n’a pas connu une suite favorable à cause des mesures en vigueur pour freiner la chaîne de contamination de la pandémie du coronavirus. Malgré cet avis défavorable de l’autorité municipale, le groupe d’acteurs culturel décide de maintenir la marche. C’est alors que dans la matinée du 30 mai, les forces de l’ordre ont quadrillé le lieu de rassemblement des marcheurs pour les dissuader de maintenir leur décision. Ce qui a contraint les marcheurs à se regrouper au niveau de l’hôtel administratif de Bobo-Dioulasso, non loin du lieu initialement indiqué pour commencer leur marche. En dépit de cela, ils n’auront pas le privilège d’aller jusqu’au gouvernorat pour remettre leurs doléances au gouverneur, car ils seront très vite rattrapés et dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les Forces de l’ordre. Cette marche qui était censée être pacifique, a donné lieu à un sauve-qui-peut dans les artères de la ville. Alexandre Kaba Diakité, acteur culturel et l’un des initiateurs de la marche, indique que la lutte va continuer jusqu’à ce que le couvre-feu soit levé. Ainsi, il sonne la mobilisation pour le 31 mai au même lieu, à la même heure et avec le même objectif. Wait and see !

Lassina DIARRA (Correspondant)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer