CRISE A LA MAIRIE DE SAPONE : De hauts responsables du MPP pointés du doigt

CRISE A LA MAIRIE DE SAPONE   :  De  hauts  responsables du  MPP pointés du doigt

 

Un peu plus d’une semaine après l’incendie du bâtiment administratif de la  mairie de Saponé, le maire de  ladite localité  et ses collaborateurs ont animé une conférence de presse,  le 14 décembre 2017.  Pour eux,   ceux qui sèment les troubles sont manipulés par de hauts responsables du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti politique d’où est issu le maire actuel. En attendant que la situation redevienne  normale, des dispositions ont été prises pour reloger  ceux qui ont perdu leurs bureaux, afin qu’ils continuent  de  servir la population. D’ailleurs, des dispositions avaient été prises pour sauvegarder les données numériques à l’aide de disques durs externes gardés hors des locaux de la mairie, selon les animateurs de la conférence de presse.

Dans la nuit du 7 au 8 décembre 2017, le bâtiment administratif de   la mairie de Saponé, commune située à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou sur l’axe Ouagadougou-Léo, a  été incendié.  Le bureau du secrétaire général de la mairie,  ainsi que ceux des  deux secrétaires et un peu celui du maire ont aussi  subi la furie des flammes.   Plus d’une semaine après, le  maire de Saponé, Abdoulaye Compaoré, et ses proches collaborateurs ont animé une conférence de presse, le 14 décembre dernier, aux fins de donner leur lecture de la situation.  Pour eux,   ce sont de  hauts responsables  du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)  qui instrumentalisent  certains  conseillers  municipaux et une partie de la population  de Saponé en vue de faire revenir l’ancien maire, Idrissa Ouédraogo, à la tête de la mairie.

 

 

Saponé,  une ville moderne

 

 Et pour cause, le maire actuel, Abdoulaye Compaoré, ont-ils dit, n’a pas respecté les consignes  du parti qui étaient  favorables à  l’ancien, à savoir Idrissa Ouédraogo.  «  Le problème de Saponé est lié au mécontentement d’une partie de la population, après l’élection du maire actuel.  Le maire déchu et tous ceux qui le soutenaient, trouvent que le maire actuel a trahi le parti.  Donc,  il ne va jamais siéger comme maire à Saponé.  Ce dernier  est soutenu par un groupe de 3 villages, alors que la commune compte 40 villages », a expliqué Jean Christophe Rouamba,  1er adjoint au maire de Saponé   et conseiller municipal élu sous la bannière de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). A l’en croire, le problème ne se situe pas  entre le parti majoritaire,  le MPP, et  les autres  partis tels que l’UPC et le CDP qui ont respectivement 44, 29 et 7  conseillers municipaux. D’ailleurs, le maire actuel a le soutien total de   37   villages  sur les 40 que compte la commune.  « Le problème de Saponé, ce sont certains dirigeants du MPP. Nous  allons appeler les choses par leur nom. Ce sont eux  le problème », s’est-il indigné.  L’un d’entre eux,  et non des moindres, a-t-il confié,  a même soutenu publiquement la candidature de l’ancien maire, Idrissa Ouédraogo. Mieux, a-t-il poursuivi, il avait promis d’être présent à  son installation si toutefois il était élu,  alors qu’il ne l’avait jamais fait pour un maire d’une commune rurale.  « Qu’il laisse chaque localité choisir son maire », a-t-il prévenu.  A son avis, le Conseil municipal a toujours écrit aux autorités de tutelle au niveau déconcentré, pour les informer chaque fois qu’il a  y avait une session dudit Conseil. «  Nous sommes en relation avec les autorités les  plus proches que sont  le haut-commissaire et le gouverneur à qui nous envoyons des correspondances quand nous  programmons nos  sessions. Lorsque nous le faisons, ils nous disent chaque fois qu’il n’y a pas de problème.  Ils nous demandent même de prendre attache avec les services  de sécurité pour sécuriser la session. Mais chaque fois,  à la veille de la session, ils nous appellent au téléphone pour dire de l’annuler », a expliqué M. Rouamba.

Selon le maire de Saponé, Abdoulaye Compaoré, après cet incendie, une plainte a été déposée au niveau de la Police nationale de Saponeé. Mais en attendant que les enquêtes situent les responsabilités, des dispositions ont été prises pour que la mairie continue de fonctionner. « C’est le bâtiment administratif qui a été attaqué par les flammes alors que la  mairie compte 4 bâtiments. Les autres bâtiments  sont restés  intacts »,   s’est-il réjoui.  Qu’à cela ne tienne, a-t-il dit, le Conseil municipal de Saponé entend se battre pour faire de Saponé une ville moderne pour le bonheur des populations.

Issa SIGUIRE

 

 

Le Conseil municipal dissous

 

 Au moment où se tenait la conférence de presse   à Ouagadougou, le Conseil des ministres se penchait sur ledit  Conseil. En effet, il a été dissous à l’issue du Conseil des ministres tenu le 14 décembre 2017.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+