ELIMINATION DU SENEGAL

ELIMINATION DU SENEGAL

L’Afrique humiliée

Ils incarnaient le dernier espoir de tout un continent, mais ils n’ont pas su répondre aux attentes des supporters africains. Eux, ce sont les Lions de la Teranga, derniers rescapés de l’expédition en terre russe, qui aura vu, tour à tour, Pharaons égyptiens, Lions de l’Atlas marocains, Super Eagles nigérians et autres Aigles de Carthage tunisiens perdre leurs illusions sur les vertes pelouses et être renvoyés, sans ménagement, à leurs chères études footballistiques. Mais, les protégés de Aliou Cissé que l’on croyait capables de l’exploit pour sauver l’honneur du continent par une qualification en huitièmes de finale, n’ont pas su se montrer à la hauteur du défi. Les rugissements des Lions n’auront donc pas effrayé les Cafeteros. En effet, ils ont été battus au Cosmos Arena de Samara par 1 but à 0, une réalisation, à la 74e minute, de Yerry Mina qui a repris victorieusement de la tête, sur un corner, la balle qui est allée mourir dans les filets du portier sénégalais. Pourtant, jusqu’à cette fatidique 74e minute, les Lions semblaient tenir le bon bout. Mais en face, il y avait une équipe de la Colombie certes à la peine, mais qui affichait des intentions tendant à prouver qu’elle était venue à cette compétition pour faire mieux et non pour faire de la figuration. Avec cette défaite, c’est le rêve du public sportif africain de voir l’un de ses représentants au second tour, qui est définitivement brisé.

Un autre Joola pour l’Afrique

Pire, cette élimination du dernier représentant africain à cette grand-messe du football mondial, traduit le naufrage collectif des cinq représentants du continent qui, tel le Joola(1), ont tous coulé en cours de parcours sans pouvoir atteindre la rive des huitièmes de finale. Afrique humiliée ! Cruelle désillusion pour les amoureux du football du continent, qui croyaient pourtant que l’heure de l’Afrique avait sonné et qui pensaient voir les leur jouer enfin dans la cour des grands, en aspirant, à défaut de remporter le trophée, à figurer au moins, pour la première fois, dans le carré d’as. Mais hélas ! Ce ne sera pas pour cette édition. L’Afrique boit ainsi le calice jusqu’à la lie. Avec cette élimination au premier tour de tous les représentants du continent, le football africain marque un net recul par rapport aux autres éditions où depuis 1982, la tradition de franchir cette étape était respectée.

En tout cas, Falcao et ses camarades s’en tirent à bons comptes, face à des Lions qui manquaient clairement de justesse dans leur jeu et qui ont aussi, par moments,  fait preuve de trop de prudence. Surtout en seconde mi-temps où ils semblaient avoir perdu leurs griffes. Bref, les Gaïnde n’ont pas su rugir quand il fallait et c’est tout logiquement qu’ils concèdent une élimination d’autant plus difficile à digérer qu’ils avaient les cartes en main pour passer le premier tour.  Et la déception des supporters du continent est d’autant plus grande que les Lions n’ont pas montré toute la hargne et la rage de vaincre que l’on était en droit d’attendre d’eux, pour acculer l’adversaire en le poussant dans ses derniers retranchements.

Un cauchemar qui traduit tout l’échec du football africain

En tout état de cause, la messe étant à présent dite pour tous les représentants du continent, il convient de tirer les leçons de cette débâcle collective pour éviter une autre humiliation à l’avenir. 2022, c’est déjà demain.  Et, au-delà de la douleur de cette élimination sans gloire, cette accumulation de mauvais résultats doit sonner comme une interpellation à une véritable introspection  pour l’ensemble du continent africain. D’autant plus que ses représentants qui viennent de prendre cette déculottée en Russie, sont censés être les meilleurs du continent. C’est dire l’immensité de la tâche qui attend les Africains, s’ils veulent se hisser au niveau des autres nations. En tout état de cause, l’Afrique doit certes apprendre de ses erreurs, mais aussi apprendre à jouer sur ses propres valeurs pour essayer de surprendre ses adversaires, au lieu de donner dans une sorte de football stéréotypé qui manque visiblement d’efficacité et de piquant. En tout cas, cette 21ème édition de la Coupe du monde n’était pas celle des Africains. Au contraire, cette expédition russe est un vrai cauchemar qui traduit tout l’échec du football africain qui y a perdu bien de ses illusions.

C’est à se demander même si les représentants du continent n’étaient pas maudits, tant le succès les fuyait à cette Coupe du monde. Quand ce ne sont pas des buts assassins qu’ils prennent dans les ultimes minutes de jeu, ce sont des moments d’inattention qu’ils payent au prix fort. Et pour couronner le tout, le Sénégal est éliminé au fair play, pour avoir accumulé plus de cartons que le Japon,  puisqu’au terme des matches de poules, les Lions de la Teranga totalisent le même nombre de points (4) que les Samouraï pour le même goal différentiel (0). Une édition à vite oublier.

Outélé KEITA

(1)Joola : Ferry sénégalais qui a coulé au large des côtes de la Casamance

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Made

    Poulet ne prend pas pintade pour faire sacrifice; ils sont pareil!
    C’est de la même manière que le Sénégal est parti au mondial. Et j’avais dit que ces 5 équipes ne valent pas mieux que les non-qualifiés. Une personne averti du football le sait. Y a plus Fatima Samoura à la FIFA pour faire rejouer le match ou quoi? C’est une première qu’un équipe est éliminer du mondiale pour une histoire de carton jaune, et c’est une première qu’une équipe africaine se qualifie par match rejoué. C’est très bien fait pour le Sénégal. Comprenez moi mais en tant que patriote , il était de mon devoir de fêter cette élimination hier.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+