A la uneOmbre et lumière

EXPOSITION VERNISSAGE

Cinq artistes peignent le « courage »

Le restaurant Iroko est le cadre d’une exposition vernissage qui a ouvert ses portes dans la soirée du samedi 21 décembre 2019 et qui va durer un mois. Une initiative de Lydia Millogo et baptisée exposition « Raodo » regroupant cinq artistes du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et  du Bénin.

 

« Raodo » ou courage, bravoure, résistance en langue nationale mooré, est le thème sous lequel se déroule l’exposition et le vernissage à l’espace du restaurant Iroko au quartier de la Zone du bois. L’événement a débuté le 21 décembre dernier et va se poursuivre jusqu’au 21 janvier 2020. Une exposition qui se tient à l’issue d’une résidence de dix jours et qui a réuni cinq artistes-peintres-sculpteurs dont le travail est évidemment en rapport avec le thème. Et l’artiste de la diaspora burkinabè de Côte d’Ivoire, JB Obiang, de présenter un de ces tableaux appelé « Raodo » en rapport, dit-il, avec la situation que traverse le Burkina Faso avec le phénomène du terrorisme. C’est ainsi qu’il met un crocodile face à un oiseau appelé « poule d’eau », que le premier cité dévore sans difficulté. Une autre fois, c’est la « poule d’eau » qui résiste au prédateur. Une façon pour JB Obiang d’inviter les populations au courage grâce auquel, elles pourront venir à bout de l’ennemi commun. Mouss Black, peintre-sculpteur, a travaillé sur une sculpture représentée par un humain à moitié brûlé, faisant référence à un criminel, un personnage de mauvaise foi. Tout simplement pour dire que dans la vie, « qui sème le vent récolte la tempête ». L’artiste Mouss Black dit vouloir rendre hommage à toutes les personnes de bonne conscience. « Vanité pour montrer que la vie ne vaut rien et que rien ne vaut la vie », relève Sessi Milla, artiste-plasticien-musicien béninois, à travers son œuvre faite de masques en paniers au-dessus des sciures de bois placées au sol en référence à la terre où tout être se retrouvera après la vie, pour parler de la mort.

Lydia Millogo veut aussi mettre sur orbite la gent féminine

 

Ce qui lui fait dire que tout est vanité dans ce monde. Pour la circonstance, Sessi Milla demande « si nous pouvons rester ensemble pour arriver à partager le peu de temps que nous vivons sur terre. Ce qui serait très bien ». Et de demander l’unité et la compréhension entre les hommes. L’initiative d’organiser cette exposition est venue de Lydia Millogo, responsable du restaurant Iroko, qui suivait ces jeunes artistes depuis un bon moment, et qui a estimé qu’il était important de mettre un peu de visibilité sur ce qu’ils font. Passionnée du travail de ces artistes et étant elle-même issue d’une famille d’artistes, Lydia Millogo a pris l’engagement de les accompagner. Et c’est de là que tout est parti avec dans un premier temps, une résidence de dix jours avec l’ensemble des cinq artistes dont les œuvres permettent d’organiser cette exposition et vernissage qui va du 21 décembre 2019 au 21 janvier 2020 toute la journée du lundi au samedi. En plus de les admirer, les amateurs d’œuvres d’art peuvent s’en procurer sur place. C’est une première expérience pour Lydia Millogo qui confie que cela va se répéter et son objectif est d’avoir une grande galerie d’œuvres d’art et d’accompagner également les artistes hors du Burkina Faso pour des expositions. La promotrice de l’exposition « Raodo » compte travailler avec la gent féminine dans ce domaine tout en invitant les bonnes volontés à ne pas hésiter à soutenir le monde des arts.

Antoine BATTIONO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer