A la uneOmbre et lumière

HAUT CONSEIL DU DIALOGUE SOCIAL

L’IUTS au menu de la 1re session extraordinaire 2020

Le Haut conseil du dialogue social (HCDS) tient sa 1re session extraordinaire de l’année en cours sous le thème : « Renforcement de capacités des conseillers sur la question fiscale ». Durant cinq jours, les conseillers de l’institution vont acquérir des connaissances sur la question relative à la fiscalité, laquelle fait des gorges chaudes depuis la décision du gouvernement d’appliquer l’IUTS sur les indemnités et primes des agents publics. La cérémonie d’ouverture de la session, intervenue le 10 février 2020, à Ouagadougou, a été présidée par le président du HCDS, Pr Domba Jean-Marc Palm.

La décision du gouvernement d’appliquer l’IUTS sur les primes et indemnités des agents du public est différemment appréciée au sein des organisations des travailleurs et partant, de l’opinion publique. Pendant que certains trouvent cette mesure salutaire car permettant de réparer une injustice fiscale, d’autres y voient une charge supplémentaire sur le pouvoir d’achat des agents publics. C’est donc au regard des contestations sociales que cette décision a engendrées, que le HCDS dont l’une des missions est de « contribuer à la prévention et au règlement des conflits sociaux à caractère national relevant du monde du travail, y compris ceux relevant des branches d’activités », a décidé de mieux jouer son rôle en s’appropriant cette question de l’IUTS afin de prévenir toute tension, surtout dans le contexte actuel. « Depuis l’adoption du budget, en décembre 2019, par l’Assemblée nationale, la question de la fiscalité est devenue une question d’actualité. Et l’une des missions du HCDS, c’est d’avoir des armes pour pouvoir devancer et résoudre les conflits qui peuvent survenir. On ne peut ni défendre ni parler d’une chose dont on ignore tout, d’où la nécessité de tenir une session avec les experts du domaine pour outiller les conseillers afin qu’ils puissent intervenir de manière pertinente. Il s’agit d’être outillés afin qu’en cas de cas, nous puissions intervenir de manière pertinente », a expliqué le président du HCDS, Pr Domba Jean-Marc Palm. A l’en croire, le HCDS qui regroupe toutes les sensibilités, se doit, en toute impartialité et objectivité, de donner son avis ou de formuler des recommandations sur toutes les préoccupations relevant du monde du travail aux différents acteurs. Ainsi, plusieurs thèmes, notamment la structure du budget burkinabè, le rôle de la fiscalité dans l’économie burkinabè, le concept évolution-mode de calcul de l’IUTS et les avantages et inconvénients du maintien ou de la suppression de l’IUTS, seront passés au peigne fin par les experts du domaine au profit des conseillers qui devront, à l’issue des cinq jours de formation, « acquérir des connaissances pour faire des propositions concrètes aux différentes parties ». « C’est à l’issue de la session et de la formation que nous aurons différents éléments pour faire des propositions concrètes aux différentes parties… Il s’agira de discuter après avec chaque partie, compte tenu de l’évolution de la situation », a relevé Pr Palm. Pour ce faire, il n’a pas manqué d’inviter les conseillers à une « participation active afin que nous puissions adopter des recommandations pertinentes ».

Colette DRABO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer