La nouvelle du vendredi

LA NOUVELLE DU VENDREDI : Jalousie dans le couple, attention à l’excès

 

« La jalousie dans l’amour, est comme le poivre ou le piment dans la sauce. Tout est question de dosage ».

Ma grande sœur Ivonne qui partage souvent de belles histoires avec moi, me parla un soir de sa collègue Annie. La jeune et ravissante Annie est cadre dans l’administration publique du « pays des Hommes intègres ». Bon boulot, un charmant mari, deux beaux enfants, Annie a tout pour être heureuse sauf que la jeune dame imagine peut-être par amour que son tendre époux lui fait porter des cornes.

Annie la jeune collègue de ma sœur Ivonne se ronge incessamment les ongles en pensant à son époux.

- Je sens qu’il me trompe !

- Ecoute Annie, je te l’ai dit mille fois, sans preuve tu n’as pas le droit d’imaginer des choses.

- Déjà en faculté de médecine les filles tournaient beaucoup autour de Fadel. Je le tenais souvent  en fouillant son portable et lisant ses mails à son insu. Maintenant qu’il est affecté à son poste à 50 km de Ouagadougou, je ne suis pas du tout tranquille. Il faut que je sois encore très  vigilante.

- C’est là que tu te trompes Annie. Fait confiance à ton mari et tu  vivras mieux.

- Chère Ivonne, vous êtes mon aînée mais vous semblez ne pas connaître les hommes.

- Justement, c’est parce que je crois les connaître un peu plus que toi,  que je ne fouille pas pour ne pas tomber sur une pourriture.

Voici le genre de conversation que ma sœur Ivonne tient régulièrement  avec sa jeune collègue lorsqu’elles sont entre  femmes  au restaurant pour la pause de la journée.

En effet, la jeune Annie est  mariée à un jeune médecin avec sa trousse qui l’invite souvent ailleurs, ailleurs à  des heures nocturnes et avec des déplacements incessants  de sa profession. Pendant plusieurs années, le docteur Fadel a tenté   de raisonner sa femme sur son obsession. La chose est très difficile et le mariage loin de tranquilliser notre jeune Annie,  a réveillé ses démons.  Et depuis la naissance de son deuxième enfant,   les choses se sont empirées.

 Chaque week-end, c’est à des heures impossibles dans l’intention de  surprendre son mari dans les bras d’une ravissante créature qu’Annie rend visite à son époux en province. Parfois même en pleine nuit de semaine, elle surgit à l’hôpital où officie son médecin de mari. Une sorte de détective privé, qui amuse le jeune docteur et son entourage.

- Tu sais Annie, cet excès te jouera un jour des  tours.

Ainsi, plusieurs fois, a tenté de prévenir Annie ma sœur Ivonne. Chassez le naturel…

Il y a quelques semaines, une nuit  à 21h, Annie reçut un appel anonyme.

- Madame, votre époux est présentement avec une sacrée créature chez lui.

Sans attendre aucune voix de raison, Annie se précipita sur le volant de sa voiture et, Dieu aidant, arriva en parfaits morceaux  à 23 heures  chez le mari. Un homme abattu  par le travail de la journée, se reposant dans la profondeur de son sommeil.

- Un imbécile m’a fait une mauvaise blague. Se confessa la jeune femme.

Depuis cette nuit, pour les parents et ami, Annie est une jalouse obsessionnelle et dangereuse. Et depuis, personne ne prête d’attention et ne cautionne les accusations d’Annie contre son  époux.

A force de chercher la petite bête qui n’existe pas, on finit par la trouver.

Hier ma sœur Ivonne me confia :

- Il y a quelques mois, la rumeur prête au  Dr Fadel une liaison avec une ravissante  infirmière. La source semble sérieuse et concordante  mais personne n’en parlera à Annie. J’ai entendu un ami du docteur dire : si on passe le temps à vous accuser d’un crime que vous n’avez pas commis, cela peut vous donner des idées…

 Je crois que maintenant la chose est vraie et qu’Annie a de quoi s’inquiéter, mais elle a  beau crier avec des preuves  à l’appui, plus personne ne la croit.

Et comme nous le disait mon oncle quand j’étais adolescent : « En amour, je préfère te croire jusqu’à ce que tu me démontres le contraire. »

 

Ousseni NIKIEMA

Tél. : 70 13 25 96

lescontesdedunia@yahoo.fr

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer