A la uneBaromètre

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DU FASO. « Arrêtez de vendre ma patrie à la France »

 

L’auteur de la présente lettre demande au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, « d’arrêter de vendre » le Burkina à la France. Ce faisant, il lui demande de prendre ses responsabilités et d’incarner les idéaux de Thomas Sankara. Lisez !

Je viens par la présente vous faire part de ma préoccupation. En toute humilité et avec respect, je vous supplie d’arrêter de vendre ma patrie à la France.  J’ai été particulièrement sidéré de lire sur la page facebook de l’AIB (Agence d’informations du Burkina Faso) qu’«un consortium français a eu la gestion de l’aéroport de Donsin pour une période de 30 ans » (sic). L’objet de ma lettre est d’attirer votre attention sur le fait que des opérateurs économiques burkinabè pouvaient avoir ce marché en PPP et l’exécuter avec amour, patriotisme et respect intégral des cahiers des charges. Mon constat est ceci: après avoir donné l’exploitation de Sitarail à Bolloré (groupe français) jusqu’en 2050, vous bradez notre économie, sans porter de gants à nos bourreaux d’hier. Pourquoi? Je n’aime pas écrire sans proposer de solutions alors que je sais pertinemment que vos conseillers sont plus intelligents que moi en matière de gestion et d’économie. Cependant, je prends le risque de plonger ma plume dans ce que je peux dire avec certitude. Nos mines, nos aéroports, notre économie peuvent être gérés par des Burkinabè et par des Africains. Le Botswana en est un exemple. Il produit du diamant en produit fini. Il le vend sur le marché international. Or, ce n’est pas tout le diamant qui est produit sur place. Ils ont été intelligents pour couper la poire en deux. Alors Roch, pourquoi n’avez-vous pas le courage de prendre la décision de protéger notre économie en prenant votre responsabilité? Je suis d’autant déçu que vous êtes économiste. Ce n’est pas encore tard car, l’histoire témoigne toujours des grands hommes qui ont su sacrifier leur poste pour le bonheur de leur peuple. Vous citez Thomas Sankara, vous arborez fièrement le Faso Dan-Fani, ayez le courage de mettre en pratique les idéaux de Thomas Sankara. C’est criminel, (je pèse mes mots) de brader notre pays, de prôner Thom Sank dans le verbe et d’être aux antipodes de ce que Thom Sank aurait fait s’il était à votre place. Il n’est pas encore tard de redresser la barre. Je vous en prie, en terminant cette missive de faire en sorte, que vos discours soient en phase avec vos actes. J’ose terminer mon propos, en souhaitant que vous écoutiez le cri silencieux de cette jeunesse, qui, petit à petit, se conscientise, s’émancipe et veut prendre ses responsabilités quel que soit le prix à payer. N’oubliez jamais que notre sacrifice est pour les générations futures. Il est pour nos enfants. Et Thomas Sankara disait : «L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère».
Mes respects.

Daouda Emile OUEDRAOGO, journaliste E-mail: daoudaoued5@gmail.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Que l’ensemble de nos idées constructives soient mises en œuvre pour le bonheur de notre pays ! Les conseillers oui,mais toutes œuvres humaines est perfectibles, donc veuillez prendre en compte les propositions des concitoyens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer