LEVEE DE LA SUSPENSION DES ACTIVITES DANS LE SECTEUR DU TRANSPORT : L’UCRB invite les chauffeurs routiers à reprendre le travail

LEVEE DE LA SUSPENSION DES ACTIVITES DANS LE SECTEUR DU TRANSPORT :  L’UCRB invite les chauffeurs routiers à reprendre le travail

 

Quelques heures seulement après la levée de la mesure de suspension des activités de l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) et de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) hier, 17 septembre 2018, par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, les premiers responsables de l’UCRB ont animé une conférence de presse dans la soirée, pour inviter leurs camarades à reprendre le travail.

L’OTRAF et l’UCRB ont tourné l’épisode de la crise qui secouait le secteur des transports. Hier 17 septembre, les deux structures qui avaient été suspendues par le Premier ministre le 28 août dernier, ont décidé de refermer cette parenthèse à travers la signature d’un protocole d’accord qui s’est soldée par la levée de la mesure de suspension de leurs activités. Dans l’après-midi, les premiers responsables de l’UCRB étaient face à la presse, pour inviter leurs camarades à reprendre le travail. « L’UCRB demande à tous les chauffeurs routiers de reprendre le travail », a déclaré le président Brahima Rabo qui s’est engagé à mener des actions de sensibilisation de ses membres pour que cette crise ne se reproduise plus au pays des Hommes intègres. « La suspension étant levée, nous allons mener des actions de sensibilisation, notamment sur la convention 87 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui interdit à un syndicat de fermer les locaux d’un autre syndicat. Cela est interdit et c’est à nous de faire passer le message, de mener des actions de sensibilisation sur le terrain de sorte que ce qui s’est passé, ne se reproduise plus jamais », a-t-il affirmé.  Il faut signaler qu’outre le départ du président de l’OTRAF qui était exigé par les chauffeurs routiers, la question des salaires faisait partie des points de revendication. Interpellé sur le sujet, le président de l’UCRB a indiqué que cette question était également sur la table des discussions. « Pour ce qui concerne les salaires des chauffeurs, il a été abordé au cours des discussions. Le gouvernement a pris des mesures en nous donnant des délais. Il revient à l’UCRB de poursuivre pour voir ce que cela va donner. C’est un accord qui a été signé… Nous avons confiance et nous espérons que sur le plan salarial, les lignes vont bouger », a laissé entendre M. Rabo. Lui et ses camarades ont réitéré leur confiance au gouvernement et souhaité ardemment que ce dernier s’implique activement dans le suivi du procès-verbal du protocole d’accord signé le 17 septembre.

Colette DRABO

 

Voici le contenu du protocole d’accord

-Respecter désormais scrupuleusement la convention 87 de l’OIT sur la liberté syndicale et d'association en renonçant à demander le départ de leurs postes d'un ou des dirigeants de l'autre organisation syndicale;

- Mettre en œuvre des engagements signés à la rencontre du 27 août 2018 sur la gestion du fret et l'amélioration des conditions de vie des chauffeurs routiers;

- Respecter tous les protocoles et conventions sectoriels qui lient les deux organisations ;

- Sensibiliser leurs militants sur le respect mutuel et le principe d'autonomie de chaque organisation;

- Développer la communication entre les deux organisations afin d'éviter les situations de conflit;

- Privilégier l'esprit de dialogue entre les deux organisations ;

- Préserver les intérêts économiques et sociaux du Burkina

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+