A la uneLa chronique du fou

LEVEE DU COUVRE-FEU

Attention aux excès !

Depuis le 3 juin dernier, le couvre-feu instauré depuis le 21 mars 2020, par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dans le cadre de la lutte contre la maladie à coronavirus, a été levé. Il n’en fallait pas plus pour que les uns et les autres poussent un ouf de soulagement, tant les autorités, par cette mesure d’assouplissement, donnent l’impression d’avoir entendu leur cri du cœur. C’est le cas, par exemple, des acteurs culturels qui en avaient gros sur le cœur si fait qu’ils n’avaient pas manqué de se jeter dans la rue, le week-end dernier, à Bobo-Dioulasso. Ils estimaient que le couvre-feu les empêchait de tenir leurs activités qui, le plus souvent, se déroulent la nuit tombée. En tout cas, la situation était telle que même l’Opposition politique avait aussi commencé à donner de la voix. La dernière sortie en date était celle du patron de l’ADF/RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo, qui menaçait, si rien n’était fait, de saisir le juge administratif. Mais on n’en est pas là puisque le couvre-feu a été finalement levé. Mieux vaut tard que jamais, est-on tenté de dire. Cela dit, je veux que les uns et les autres comprennent une chose : la levée du couvre-feu n’est pas synonyme de la fin de la Covid-19 dans notre pays. Loin de là ! Le mal est toujours là, même s’il faut reconnaître que nous avons réussi à en maîtriser la chaîne de contamination. Ce qui fait qu’en dehors des cas importés, on dénombre très peu de cas actifs positifs à l’intérieur du pays. C’est tout à notre honneur. Mais ces progrès enregistrés ne doivent pas nous amener à baisser la garde. Bien au contraire, nous devons éviter certains excès dans nos comportements.

Dans quelques mois, certaines femmes prendront le chemin de la maternité

Je le dis parce que, très souvent, quand les gens boivent, ils se laissent aller à tous les excès dans les maquis, bars et boîtes de nuit.  Je sais que ce n’est pas facile, mais j’en appelle à la responsabilité de chacun de nous tous. Car, je ne souhaite pas que l’on se retrouve dans une situation qui va obliger de nouveau les autorités à réinstaurer un couvre-feu. Je le dis parce que j’ai vu que dans certains pays voisins, la levée du couvre-feu a entraîné un nombre important de nouveaux cas positifs au point que les dirigeants de ces pays se demandent parfois s’ils n’étaient pas allés trop vite en besogne. Voyez-vous ? Contrairement à ce que disaient certains, le couvre-feu n’était pas aussi inutile que cela. En plus de ce qu’il a permis de briser la chaîne de contamination de la Covid-19, il a permis à certains hommes d’apprendre à rester à la maison auprès de leurs femmes et enfants. Cela a permis de renforcer les liens entre certains couples. Et là, je suis sûr que beaucoup de femmes pourront témoigner, puisque certaines d’entre elles, dans quelques mois, prendront le chemin de la maternité. Ne riez pas ! C’est une réalité qui n’a rien de mauvais. En tout cas, je suis sûr que depuis la fin du couvre-feu, certaines femmes ont encore perdu leur mari. Car, non seulement ce dernier a recommencé à rentrer tard à la maison, mais aussi complètement saoul. J’ai même surpris deux hommes qui promettaient de se rattraper ce week-end, après plus de deux mois de confinement nocturne.

« Le Fou »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer