A la uneLe fait du jour

LIBERATION D’OTAGES A SIDERADOUGOU

« Aucune rançon n’a été demandée », selon le ministre de la Sécurité

Portée disparue depuis le vendredi 22 novembre 2019, l’équipe de prestataires intervenant dans le déploiement du Projet Backbone national des télécommunications (PBNT) au titre du ministère du Développement de l’économie numérique,  a été retrouvée sur l’axe Ouo-Sidéradougou dans la région des Cascades. Elle a été reçue en audience le 24 novembre par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, à la primature. D’après le ministre de la Sécurité, ces ex-otages se portent bien.

 

« Les quatre travailleurs du PBNT dont 3 Burkinabè et un expatrié qui avaient été enlevés, ont été retrouvés sains et saufs et conduits à Ouagadougou. Le Premier ministre leur a accordé une audience pour d’abord dire merci aux forces de sécurité et s’assurer que ceux qui avaient été enlevés sont bel et bien vivants et pourront retourner dans leurs familles. Pour le moment, nous ne pouvons pas donner de détails sur les conditions de leur libération, car les auditions n’ont pas encore commencé », a laissé entendre le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré. En insistant sur le fait qu’ils ne peuvent donner plus de précisions sur la situation de leur enlèvement ni les personnes qui les ont enlevés, le ministre de la Sécurité a indiqué que la Justice s’est saisie du dossier et une enquête sera ouverte pour comprendre davantage les causes de leur enlèvement. Mais il a tout de même  rassuré qu’aucune rançon n’a été demandée. « Nous ne savons pas qui les avait enlevés et pourquoi. Nous avons mené nos recherches et nous les avons retrouvés sains et saufs », a-t-il ajouté. Le ministre de la Justice, René Bagoro, a, lui, indiqué que l’essentiel est que ces 4 personnes aient été retrouvées. Et de préciser que le gouvernement ne peut pas, à l’état actuel, donner de précisions sur les conditions de leur enlèvement. Ce qui était de l’obligation du gouvernement, a-t-il martelé, c’était de les retrouver, et c’est à la Justice maintenant de mener les enquêtes et donner des informations à la population. Selon toujours le ministre René Bagoro, à l’état actuel, il n’est pas possible de donner des informations, car les personnes libérées sont dans une situation où il faut leur permettre de récupérer. A la question de savoir pourquoi les otages ont été retrouvés et mieux, reçus par le Premier ministre, quand on sait qu’il y a eu des cas similaires et le gouvernement n’en a pas parlé, encore moins leur accorder une audience, le ministre de la Justice a répondu que ce n’est pas tout le travail que fait le gouvernement qui est forcément rendu public. Toutes les personnes victimes d’enlèvement qui ont été retrouvées par la suite, selon lui, ont été toujours rassurées que l’Etat veille à leur sécurité.  Notons qu’à l’audience à la primature, l’expatrié n’était pas présent.

Valérie TIANHOUN

 

 

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer