MISE EN PLACE DE LA FORCE COMMUNE DU G5 SAHEL : Les lignes commencent à bouger

MISE EN PLACE DE LA FORCE COMMUNE DU G5 SAHEL : Les lignes commencent à bouger

Lentement mais surement, la force commune du G5 Sahel est en train de sortir des musettes militaires dans lesquelles elle se trouve depuis plus de deux ans. C’est le moins que l’on puisse dire avec le soutien financier que viennent d’annoncer les Etats-unis. Cinquante et un millions d’euros, c’est le montant qu’entend mettre dans l’assiette le pays de Donald Trump qui, rappelons-le, renâclait à soutenir le G5 Sahel dans sa lutte contre le terrorisme en particulier et l’insécurité en général. « Mieux vaut tard que jamais », est-on tenté de dire, même si, pour ce pas franchi par le pays de l’Oncle Sam, il faut le reconnaitre, les pays membres du G5 Sahel, doivent une fière chandelle à la France. Car c’est ce pays qui, refusant de se laisser gagner par la déception, mène des plaidoyers tous azimuts, notamment auprès des partenaires techniques et financiers. C’est tout à son honneur. Mais comme on le sait, le pays du président Emmanuel Macron ne le fait pas pour les beaux yeux des ressortissants du G5 Sahel. Loin de là. Car la France a beaucoup d’intérêts à défendre dans la zone si fait qu’elle  ne prendrait pas le risque d’en perdre le contrôle au profit d’une autre puissance. En clair, l’activisme de Paris peut être interprété comme une réaffirmation de soi sur son pré carré. Et c’est peu dire, étant entendu que le cas d’espèce, seuls comptent les résultats. Cela dit, si l’on ajoute les 51 millions d’euros aux 108 millions d’euros débloqués par l’Union européenne(UE), on peut ,enfin , espérer que la force commune du G5 Sahel prendra enfin corps et forme au grand bonheur des populations. Car, il faut le dire. Le temps presse et la menace gagne du terrain ; tant et si bien qu’il faut agir. La preuve, s’il en est, c’est que pendant que des casernes sont attaquées au Niger, des villages entiers sont mis sous coupe réglée des djihadistes dans le septentrion du Burkina. On passe sous silence l’enfer malien ou il est presque devenu impossible pour les forces armées de circuler sans sauter sur une mine soigneusement entreposée  par les apôtres de la violence. On peut multiplier les exemples, tant la « somalisation »de la bande sahélo-saharienne est devenue une réalité. En tout cas, la balle est désormais dans le camp des dirigeants du G5 Sahel. La communauté internationale leur a lavé le dos(ce qui n’était pas gagné d’avance), il ne leur reste qu’à se laver le ventre .

B .O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+