A la uneFocus

NOUVEL ATTENTAT SUICIDE AU CAMEROUN : L’insatiable Boko Haram !

Il ne fait pas bon vivre au Nord du Cameroun tout comme au Nord du Nigeria. En effet, il ne se passe pas un seul jour sans que Boko Haram, dans sa furie meurtrière, ne fasse couler le sang. Si bien que la chose tend à se banaliser. Quand ce ne sont pas des familles entières qui sont décimées, ce sont des villages entiers qui sont nuitamment rasés par les fous d’Allah et ce, en dépit de l’impressionnant dispositif sécuritaire déployé dans ces zones criminogènes. Pas plus tard qu’hier, 13 janvier, un nouvel attentat s’est produit dans une mosquée dans l’extrême-Nord du Cameroun. Le kamikaze, à ce qu’on dit, s’est infiltré parmi les fidèles, dans la mosquée de Kuyapè, village situé au sud de Kolofata, avant d’activer sa décharge, en pleine prière du matin. Le bilan fait froid dans le dos : 13 morts et un blessé, selon les sources sécuritaires. En fait, le mode opératoire des djihadistes est le même. Ils ciblent les lieux de rassemblement, notamment les marchés et les lieux de culte ; histoire de provoquer des dégâts matériels et humains énormes. De Boko Haram, on ne sait plus ce qu’il faut en dire, tant ses actes et son comportement n’offrent aucune lisibilité. Car, autrefois, les insurgés du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest, comme ils se font maintenant appeler, ne s’en prenaient uniquement qu’aux symboles de l’Occident.

Les attentats-suicides récurrents ont une forte résonnance psychologique sur les populations

Mais depuis un certain temps, ils semblent avoir jeté leur dévolu sur les mosquées qui, pourtant, constituent l’un des plus grands symboles de l’Islam. Pourquoi cet aveuglement ? Peut-être était-ce parce que la plupart de ceux qui s’en vont prier dans ces mosquées, ne partagent pas la même vision obscurantiste que ces illuminés ont de l’islam, connu pour être une religion de paix et de tolérance. En tout cas, à l’allure où vont les choses, les autorités camerounaises et nigérianes feront mieux de prendre les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité des fidèles musulmans pendant les heures de prière dans les mosquées, comme c’est le cas de certaines écoles actuellement placées sous très haute protection. L’ennemi ayant changé de stratégie, il y a lieu pour les forces armées camerounaises et nigérianes dont « la collaboration se passe de tout commentaire », de changer de fusil d’épaule pour être plus efficaces sur le terrain. Car quoi que l’on dise, ces attentats-suicides récurrents ont une forte résonnance psychologique sur les populations qui, depuis lors, dorment d’un seul œil.

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer