A la uneFocus

NOUVELLE ATTAQUE D’UN CAMP DE LA MINUSMA AU MALI : Jusqu’au bout de la témérité

 

Tirs de roquette et d’obus en direction du camp militaire de la Minusma (Mission des Nations unies au Mali) dans le Nord-Mali non loin de la ville de Kidal. Le bilan provisoire fait état d’un Casque bleu blessé. Peu avant, soit le 2 avril dernier, c’est un soldat français qui trouvait la mort après que son véhicule a sauté sur une mine. On oublie volontiers la dernière attaque dans le Centre du pays, qui avait coûté la vie à une vingtaine de soldats maliens. S’agit-il d’actions de représailles dirigées contre les Casques bleus et les forces armées maliennes ? En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que ces forces ténébreuses ne sont jamais à court d’astuces pour parvenir à leurs funestes fins. Engagées dans la voie du mal et ce, jusqu’au bout de la témérité, elles tenteront, à coup sûr, de rééditer l’exploît. Les assaillants tenteront sans aucun doute de revenir sur leurs pas, dans l’espoir de faire encore plus de victimes et de dégâts matériels et psychologiques. Que fera la Minusma ; elle qui n’est pas à sa première attaque terroriste, pour s’adapter à une réalité devenue encore plus périlleuse pour ses soldats ? En tout cas, la nouvelle et dangereuse donne devrait nécessiter de sa part, une autre façon d’agir, si elle veut éviter que l’horreur continue à frapper dans ses rangs.

Tant que la Minusma restera dans la logique de la réaction, il faut craindre qu’elle ne continue à subir les assauts itératifs des assoiffés du mal

On peut être certain que les groupes terroristes qui infestent la zone, ne se lasseront jamais de monter à l’assaut de cette place-forte onusienne qui devrait se montrer plus « forte » que cela. Et il faut croire qu’ils seront d’autant plus encouragés que la Mission ne dispose pas d’un mandat robuste, capable au moins de freiner leurs ardeurs maléfiques. Et c’est peut-être aussi cela, son malheur. En tout état de cause, tant que la Minusma restera dans la logique de la réaction plutôt que de l’action, de la défensive plutôt que de l’offensive, il faut craindre qu’elle ne continue à subir les assauts itératifs des assoiffés du mal.
Cela dit, cette attaque, comme la précédente, est survenue en plein jour. Et les assaillants ont utilisé la stratégie du camouflage qui n’a pas été sans résultats dévastateurs. C’est dire s’ils pourraient avoir le sentiment d’être face à un ennemi peu redoutable à leurs yeux, et auquel, du reste, ils ont souvent multiplié les pieds de nez. La Minusma devrait tout mettre en œuvre pour leur ôter cette impression.
En agissant comme ils l’ont fait, on peut dire que ces terroristes maîtrisent bien « leur » terrain. Toujours est-il que c’est un doigt d’honneur qu’ils viennent de faire à l’ONU qui, sur insistance des Etats-Unis, pourrait ne pas renouveler le mandat de ses troupes au Mali en fin juin.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer