A la uneFocus

NOUVELLE ATTAQUE MEURTRIERE AU CAMEROUN

Il y a péril en la demeure

Décidément, le week-end écoulé aura été très meurtrier dans la sous-région ouest-africaine et dans le bassin du lac Tchad. C’est le moins que l’on puisse dire. En effet, alors que l’on n’a pas encore fini de pleurer les dizaines de personnes tuées au Mali et au Burkina Faso, l’on apprend que les forces de mal ont perpétré une autre attaque d’envergure dans le Nord du Cameroun, laissant au total 37 cadavres sur le carreau dont 21 militaires et 16 civils. C’était le dimanche 9 juin, soit pratiquement le même jour où périssaient, sous les balles assassines d’hommes armés, à Arbinda au Burkina Faso et à Sobane au Mali, d’innocentes personnes. A ce qu’on dit, les assaillants sont arrivés à bord d’embarcations équipées de lance-roquettes et ont visé les positions de l’armée camerounaise dont un poste de la Force multinationale mixte (FMM), du nom de cette force régionale qui lutte contre Boko Haram. C’est la preuve donc, pour ceux qui en doutaient encore, que bien qu’affaibli, Boko Haram dispose d’une grande capacité de nuisance si bien qu’il faut se garder de tout triomphalisme. Sa voilure a été réduite certes, mais la secte est loin d’être vaincue. A preuve, peu avant cette attaque d’envergure au Cameroun qui, depuis des mois, connaissait une accalmie relative, les hommes d’Abubakar Shekau avaient trucidé une trentaine de soldats tchadiens en début mars dernier.

Ce n’est pas demain la veille que l’on vaincra le terrorisme, tant ils sont nombreux qui, dans la chaîne, font dans l’hypocrisie

Dans le même mois, près d’une centaine de civils avaient également été envoyés ad patres au Niger par la même bande armée qui a fait le choix de semer la mort et la désolation sur son passage. En effet, les statistiques font état de 27 000 personnes tuées depuis le soulèvement de Boko Haram en 2009, sans compter les déplacés que l’on estime à 2 millions environ. Voyez-vous ? Il y a péril en la demeure. Car, la menace sécuritaire n’est plus une simple vue de l’esprit. Elle est une réalité qui menace même les fondements de bien des pays africains. Tout se passe comme si, traqués en Syrie et au Yémen, les islamistes se sont donné rendez-vous au Sud du Sahara où ils tentent d’installer des califats. C’est le lieu donc d’en appeler à la responsabilité de nos dirigeants mais aussi de celle de la communauté internationale, notamment les grandes puissances qui, on le sait, nourrissent le circuit d’approvisionnement des terroristes en armes. C’est dire donc que ce n’est pas demain la veille que l’on vaincra le terrorisme, tant ils sont nombreux qui, dans la chaîne, font dans l’hypocrisie. Le moment viendra où tout se saura. Car, comme on le dit, tout ce qui gît dans l’obscurité aspire à la lumière. Et c’est peu dire !

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer