Nouvelle attaque terroriste au Burkina : Le Président IBK sur les lieux du drame

Nouvelle attaque  terroriste au Burkina : Le Président IBK sur les lieux du drame

Quarante-huit heures après l’attaque du restaurant – café Aziz Istambul le 13 août dernier, le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta a effectué une visite d’environ deux heures mardi 15 août 2017 à Ouagadougou. Il est venu exprimer la solidarité du peuple malien à celui du Burkina.

« Nous ne pouvions ne pas faire ce voyage sur Ouaga pour venir témoigner notre solidarité et dire notre empathie avec le peuple frère du Burkina qui a été agressé, violenté de la façon la plus brutale, la plus sauvage ». Ce sont les premiers mots du chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), président du G5 Sahel à la fin de sa visite le 15 août dernier et qualifiée de visite de solidarité et de compassion à l’endroit du peuple burkinabè quarante-huit heures après l’attaque du restaurant – café Aziz Istambul à Ouagadougou le dimanche 13 août 2017. En effet, c’est à 16h30 T.U que l’avion du président malien a atterri à l’aéroport international de Ouagadougou où il a été accueilli par son homologue du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré qui avait à ses côtés le Premier ministre Paul Kaba Thiéba et des membres du gouvernement. Après un bref entretien dans le salon d’honneur, les deux chefs d’Etats se sont rendus sur les lieux du drame où ils n’ont pas eu accès à l’intérieur du restaurant – café pour des raisons d’enquête, avons-nous appris. C’est à la suite de ce recueillement, que IBK et Roch Marc Christian Kaboré ont pris la direction de Kosyam pour un deuxième entretien à l’issue duquel, le président du Mali a fait une déclaration à la presse. C’est une douleur vive qu’on fait vivre de nouveau au Burkina tout comme à celui de son pays, a-t-il relevé ajoutant que ce sont là des raisons d’unir les forces, rassembler les moyens humains, matériels, d’intelligence pour faire face, déclare, le président IBK, à « ce monstre hideux, sans visage, qui surgit dont on ne sait où mais, avec le projet déterminé, évident de massacrer et de tuer comme on l’a vu ici à Ouaga ». IBK fait savoir qu’il est venu aussi en tant que président du G5 Sahel et qu’il serait venu même s’il ne l’était pas. Mais, dira-t-il, « C’est la preuve aussi que si le G5 Sahel n’existait pas, il aurait fallu le créer et sa force conjointe est en phase de mis en place avec sa base opérationnelle qui est en phase d’installation ». Selon lui, ce sont des moments difficiles qu’on impose aux peuples alors qu’il y a d’autres besoins que des besoins de renforcement de sécurité, de défense. « Nous devrions aujourd’hui nous mettre aux tâches de développement pour le seul profit de nos populations mais, voilà qu’on nous a distrait pour nous occuper davantage avec beaucoup plus d’investissements aux secteurs de la sécurité et de la défense ». Et d’indiquer que si c’est le prix à payer, ils sont prêts tout en soulignant que le G5 Sahel est uni et ne baissera pas les bras. Le président Ibrahim Boubacar Keïta de relever que c’est un phénomène mondial parce que des pays plus richement dotés et économiquement puissants sont également victimes de ces drames. Avant de conclure que le moment est aussi venu de changer les habitudes parce que le temps de l’insouciance est terminé.

Antoine BATTIONO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+