NOUVELLES ATTAQUES TERRORISTES MEURTRIERES AU NIGERIA : Quand Boko Haram tire sur une ambulance !

NOUVELLES ATTAQUES TERRORISTES MEURTRIERES AU NIGERIA : Quand Boko Haram tire sur une ambulance !

Vingt-quatre personnes tuées ! C’est le triste bilan de trois attentats-suicides coordonnés survenus dans un camp de déplacés de la périphérie de Maïduguri dans le Nord-Est et plus au Sud du Nigeria. C’était le 18 juin dernier. Pour l’instant, l’attaque n’a pas été revendiquée, mais au Nigeria, et plus largement dans le Bassin du lac Tchad, de tels actes, au regard de leur modus operandi, ne peuvent qu’être attribués aux islamistes insurgés de Boko Haram. Certes, la force multinationale mixte (FMM) issue des pays membres du Lac Tchad, a permis de réduire la voilure de ces fous d’Allah, mais la preuve vient d’être donnée que le monstre est encore loin d’être vaincu. Affaiblis et militairement mis en déroute, ces djihadistes qui, à leur actif, ont fait plus de 20 000 morts en quelques années, ont décidé de s’adonner à des actes de désespoir à travers les attentats-suicides et kamikazes. C’est pourquoi la vigilance doit toujours être de mise, étant entendu qu’en la matière, il n’y a pas de risque zéro. A preuve, tour à tour, la France, les Etats-Unis, la Belgique, l’Allemagne et très récemment la Grande Bretagne ont tous, malgré leur dispositif sécuritaire toujours en alerte, été touchés à des degrés divers par le terrorisme qui, faut-il le rappeler, se moque des frontières physiques et matérielles entre Etats. Et c’est peu dire. Mais pour revenir au cas spécifique du Nigeria, on a envie de dire que Boko Haram tire sur une ambulance, dans la mesure où cela fait plus d’un mois que le valétudinaire chef de l’Etat nigérian, Muhammadu Buhari, a été de nouveau admis pour des soins dans un hôpital à Londres.

Quand le Nigeria tousse, nombreux sont les Etats qui s’enrhument

La nature ayant horreur du vide, le peuple a commencé à se perdre en conjectures. Autrement dit, en l’absence de toute communication sur l’état de santé de leur président, les Nigérians ne font que retenir leur souffle. Et comme pour ne rien arranger, c’est ce moment que le sinistre Abubakar Shekau et sa bande ont choisi pour frapper le pays ; en rajoutant ainsi à la galère de la population. Certes, de nombreux efforts, en matière de lutte contre le terrorisme, ont été faits depuis l’avènement de Buhari au pouvoir, mais il en faut plus pour anéantir complètement l’hydre terroriste au risque de voir le Nigeria se transformer en un Afghanistan sous-régional. Et pour y parvenir, il faudra qu’en plus de la solution militaire qui apparaît pour le moins inévitable, les dirigeants nigérians initient des projets de développement aux fins de résorber l’épineuse question du chômage qui fait de nombreux jeunes, des proies faciles pour les djihadistes. Cela dit, toute la sous-région ouest-africaine est interpellée car quand le Nigeria tousse, nombreux sont les Etats qui s’enrhument. La preuve a été donnée avec la récente dévaluation du Naira qui, il faut le dire, a affecté un tant soit peu l’économie de certains pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+