POLEMIQUE AUTOUR DU FICHIER ELECTORAL : La CENI joue-t-elle le jeu de Kabila ?

POLEMIQUE AUTOUR DU FICHIER ELECTORAL : La CENI joue-t-elle le jeu de Kabila ?

Dans une déclaration conjointe publiée, hier, 11 avril 2018, l’opposition congolaise exige un audit du fichier électoral. Cela fait suite à la radiation par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de près de 6 millions de personnes dont des doublons et des mineurs. «Le nombre excessivement élevé de doublons détectés et l’enrôlement irresponsable des bébés et enfants dénotent une tentative de tricherie en amont », ont déclaré les responsables des principaux partis d’opposition qui, du même coup, rejettent l’usage de la machine à voter, appuyant ainsi la position de la Commission électorale sud-coréenne et de son gouvernement. Or, pour le président de la CENI, Corneille Nanga et ses camarades, cet outil est le moyen infaillible par lequel ils comptent organiser des élections propres. Pour l’opposition et la société civile, le coût de la machine à voter est très exorbitant. Elles précisent qu’« une seule machine revient à 1500 dollars américains ». Et d’ajouter ceci : « Nous allons avoir à peu près 100 000 bureaux de vote. Donc, il faut plus ou moins 100 000 machines, c’est-à-dire, 150 millions de dollars, rien que pour l’achat des machines ». Pour un pays qui vit déjà des périodes de vaches maigres, l’on peut estimer, si l’on est de bonne foi, que l’argument de l’opposition n’est pas farfelu.  Le deuxième argument  avancé par l’opposition pour rejeter la machine à voter, est que celle-ci est dotée d’un logiciel d’exploitation maniable à souhait et d’un système de programmation par puce qui peut être codifié à volonté. Et ce n’est pas tout. L’opposition estime, en outre, que la machine à voter n’est pas conforme à la loi électorale et son usage risque de violer le secret du vote. Le dernier argument soutenu, il faut le préciser, par le gouvernement coréen, est lié aux risques potentiels en cas d’exportation de ces machines. En effet, l’exportation de ces outils pourrait donner au gouvernement congolais un prétexte pour obtenir des résultats indésirables liés aux élections, notamment un retard additionnel à leur tenue. Dans le même registre, l’ambassadrice américaine aux Nations Unies, Nikky Haley, a émis « des réserves quant à la fiabilité de ce système de vote électronique ». Comme on le constate, au plan domestique tout comme hors de la RDC, des voix et non des moindres, se sont élevées pour dénoncer le caractère pervers de l’utilisation de ces machines à voter. Il n’y a que la CENI qui croit en ces machines pour ne pas dire en ces « machins ». Et l’on peut facilement imaginer les raisons pour lesquelles elle s’obstine tant. La première est que l’importation de ces machines représente pour elle une opportunité de réaliser des affaires juteuses avec le fabricant sud-coréen Miru Systems. Et notre confrère Jeune Afrique a déjà publié un article sur les dessous du contrat entre la CENI et le fabricant. L’autre raison qui amène la CENI à s’ériger en avocate de défense tenace et obstinée de ces machines à voter, est liée au fait que Corneille Nangaa et ses amis sont à la recherche d’un alibi pour renvoyer aux calendes congolaises la tenue des élections générales de 2018.

L’équation se présente à l’opposition comme un dilemme

De ce point de vue, l’on peut dire que les machines à voter sont une aubaine pour eux. Et en cela, ils se prêtent de façon consciente au jeu de Joseph Kabila. En effet, tout le monde sait que ce dernier n’a jamais inscrit dans son agenda, la tenue des élections générales, puisqu’il n’envisage pas la possibilité d’une véritable alternance démocratique en RDC. Toutes ses tergiversations et autres attitudes clair-obscures sur les élections dans son pays, répondent à la logique suivante. J’y suis, j’y reste, advienne que pourra. Désormais, son argumentaire pour s’accrocher à son fauteuil pourrait être ceci : la tenue de l’échéance de fin d’année 2018 que j’ai promise au peuple  congolais est mise à rude épreuve par l’opposition, qui rejette comme vous le savez, les machines à voter. C’est donc à mon corps défendant que je vous annonce que les élections générales, prévues pour fin 2018, ne pourront pas se tenir à cause de l’opposition et de ses acolytes de l’extérieur. C’est ce genre de discours infects que Joseph Kabila est en train de concocter dans son douillet bureau du Palais de marbre de Kinshasa. Et l’on n’a pas besoin d’être un averti des questions politiques pour percevoir la vacuité d’un tel argumentaire. L’on n’a pas non plus besoin d’être grand clerc pour savoir que Joseph Kabila et son fidèle serviteur, Corneille Nangaa, sont de très mauvaise foi. Et ils viennent de trouver un moyen par lequel ils vont pourrir davantage la situation socio-politique en RDC. De ce point de vue, l’on peut affirmer que ces machines à voter à polémique en RDC, auxquelles le pouvoir de Kinshasa et la Commission nationale électorale indépendante tiennent coûte que coûte, sont une technologie au service de la mauvaise foi. Et l’équation se présente à l’opposition comme un dilemme. Si elle s’arcboute sur le rejet de ce système de vote électronique comme c’est le cas aujourd’hui, jusqu’au bout, Joseph Kabila aura de la matière pour faire glisser de nouveau le calendrier électoral. Si l’opposition venait à changer de position pour faire avec les machines à voter, elle court le risque de permettre à la CENI de manipuler les résultats électoraux comme elle veut. Mais de deux maux, il faut choisir le moindre. Et le moindre ici, c’est de camper sur sa position en rejetant les machines à voter. Car, le simple fait que le dictateur et ses amis se montrent favorables à cet outil, est déjà suspect.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+