A la uneFocus

PREMIER COUAC AU DIALOGUE NATIONAL CAMEROUNAIS

C’était prévisible

Ouvert le 30 septembre dernier, tambour battant, le grand dialogue national initié par le président camerounais, Paul Biya, en vue de trouver une solution à la grave crise qui secoue la partie Nord-Ouest et Sud-Ouest  du pays, a déjà pris du plomb dans l’aile. En effet, des participants et pas des moindres, ont claqué la porte hier, estimant que la composition de la commission « décentralisation et développement local », la plus emblématique des 8 commissions, a été faite de façon unilatérale, tant et si bien qu’ils ne peuvent rien attendre des débats. Parmi ces personnes, figurent l’ancien bâtonnier Akéré Muna, Alice Sadio de l’Alliance des forces progressistes (AFP) et l’ancien député de Douala, Jean-Jacques Ekindi. Le porte-parole du Front social-démocrate (SDF) de John Fru Ndi a, quant à lui, exprimé son inquiétude. Même si le porte-parole du grand dialogue national, George Ewane, récuse les critiques des partants, force est de reconnaître que la machine commence à se gripper. D’ailleurs, pouvait-il en être autrement quand on sait que celui-là même qui a convoqué le dialogue, Paul Biya pour ne pas le nommer, passe pour être un grand boulanger de l’Afrique contemporaine. En tout cas, ce couac était prévisible. Le simple fait de n’avoir pas élargi les prisonniers qui, pourtant, sont concernés au premier chapitre, et son absence à l’ouverture des travaux, laissent planer des doutes sur sa bonne foi. Peut-on faire le bonheur de quelqu’un en son absence? Cela dit, ce dialogue permettra-t-il aux acteurs de fumer le calumet de la paix? Rien n’est moins sûr. En tout cas, on a le sentiment que ce dialogue ressemble plus à un traquenard qu’à un outil de réconciliation entre frères camerounais. On ne le sait que trop bien, le régime Biya traverse une zone de turbulences. Tant et si bien qu’un dialogue, peu importe la qualité des participants, pourrait constituer pour lui une bouffée d’oxygène. Et vu sous angle, l’on n’exagérait pas en qualifiant ce dialogue de ruse de guerre de la part du pouvoir. Car, tout en permettant de desserrer autour du régime l’étau de la guerre de sécession dont le lourd bilan se chiffre aujourd’hui à près de 2 000 morts, ce dialogue lui donne l’opportunité de mettre à exécution la stratégie bien connue en pareilles circonstances, du diviser pour mieux régner.

Le tout n’est pas d’amener l’âne au puits

En effet, pendant que les ténors de la contestation du pouvoir de Paul Biya sont en prison, le dialogue national constitue une excellente occasion de faire émerger de nouvelles têtes qui, achetées à coup de millions de F CFA, parleront difficilement le même langage que leurs mentors emprisonnés. Et cerise sur le gâteau, en cas de succès de cette initiative du dialogue national, le pouvoir de Yaoundé réussirait une bien brillante opération de communication politique, en présentant le vieux président comme le véritable père de la Nation, artisan de la réconciliation nationale et icône de la paix. Un tel capital de sympathie suffirait à lui assurer la quiétude qu’il souhaite jusqu’à ce que la mort le sépare de son trône. Mais les adversaires martyrisés du régime accepteront-ils de jouer le jeu du dictateur? On en doute fort dans la mesure où des participants commencent déjà à claquer la porte. Du reste, si l’opposition a décidé d’aller à ce dialogue, c’est parce qu’elle s’est rendue à l’évidence que la politique de la chaise vide ne paie pas.  En Afrique, et surtout en politique, l’histoire nous enseigne que les absents ont toujours tort. Il est évident que si l’opposition boycottait ce dialogue, elle perdrait le capital de sympathie dont elle bénéficie auprès de l’opinion nationale et internationale qui ont bien accueilli l’idée de ce dialogue national si elles ne l’ont pas suscitée. Enfin, elle perdrait une tribune pour plaider sa cause et l’occasion de réclamer la libération de ses membres embastillés. L’un dans l’autre, l’on peut donc affirmer sans risque de se tromper que Paul Biya a bien étudié le terrain avant de poser son piège.  Mais le tout n’est pas d’amener l’âne au puits. Encore faut-il réussir à le faire boire l’eau. En effet, l’opposition est certes allée à ce dialogue, mais rien ne nous dit qu’elle acceptera les propositions que fera le pouvoir surtout si elles ne vont pas dans le sens de ses intérêts. Autant dire que Biya a certes gagné une bataille, mais pas la guerre. Cela dit, l’opposition se doit d’être vigilante et exigeante au risque de n’avoir, plus tard, que ses yeux pour pleurer. Et l’on peut, au regard de ce premier couac, dire qu’elle fait preuve de responsabilité. En tout état de cause, les acteurs sont attendus au pied du mur car les citoyens ont plus que jamais besoin de la paix et de la cohésion sociale mises à rude épreuve par la crise anglophone et l’embastillement des leaders politiques. Espérons que le rapport des 8 commissions qui sera transmis au Premier ministre, et qui préconise l’amnistie en faveur du leader séparatiste condamné à la perpétuité, puisse permettre de désamorcer la bombe avant qu’elle n’explose.

DZ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer