A la uneLe fait du jour

PRESIDENTIELE ET LEGISLATIVSS 2020

Le MBF n’entend pas faire de la figuration

Le Mouvement pour le Burkina Faso (MBF) a, dans la matinée du 28 août 2020, à Ouagadougou, tenu la cérémonie de clôture de son premier congrès extraordinaire depuis sa création en 2019. Cette rencontre statutaire qui s’est déroulée sous le thème : «  Le MBF, une force politique nouvelle :quelle vision pour un véritable renouveau pour le Burkina Faso ? », se voulait une occasion pour réinventer la machine du parti  dans l’objectif d’engranger des victoires aux prochaines élections couplées.

 

Ils sont sortis nombreux pour ne  pas se faire conter cette première rencontre statutaire de leur parti, à savoir un congrès extraordinaire. Eux, ce sont les militants et sympathisants du Mouvement pour le Burkina Faso. Ce congrès a été une occasion pour ces militants et leurs responsables de  réinventer la roue en vue de participer activement aux prochaines élections couplées et d’engranger des victoires. Et pour ce faire, les textes fondamentaux du parti, dans la forme et dans le fond, ont été revus pour mieux les adapter au contexte. Aussi, cette rencontre a été une occasion pour mettre en  place le Bureau exécutif national fort de 29 membres (voir encadré). Le congrès s’est aussi penché selon les organisateurs, sur la question des élections couplées qui arrivent à grands pas. Pour la présidentielle, le MBF a déjà choisi son candidat. Ce n’est personne d’autre que l’actuel chef de l’État, Roch Kaboré, candidat à la candidature du président du Faso pour un deuxième mandat. Et ce choix se justifie, selon le MBF, car le président du Faso a fait  preuve d’adaptabilité que de mutabilité tant pour l’économie, la santé et la sécurité. Halhassane Sinaré, nouvellement porté à la tête du MBF,  a sa petite idée sur des qualités  du candidat robot qui réussira à relever les nombreux défis qui s’imposent aux Burkinabè. Pour lui, pas de doute, Roch Kaboré est celui qui incarne ces qualités d’homme « sûr, avisé, ferme, conciliant, pragmatique, visionnaire, probe, rassembleur, ouvert, patriote et soucieux du bien être de chaque Burkinabè ». Ce sont toutes ces qualités qui ont poussé le MBF, son parti, à sonner la mobilisation pour soutenir la candidature de Roch Kaboré et avec pour objectif de remporter cette élection présidentielle au premier tour. Malgré la récente alliance politique entre 9 candidats de l’Opposition à la candidature du président du Faso, le président du MBF pense qu’il s’agit d’ « alliances politiques qui se forment parfois au mépris de l’opposition doctrinale des courants idéologiques des partis et formations politiques qui les composent ». Si pour la présidentielle, le parti du bélier soutiendra le candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) qui est aussi  celui de  la majorité au pouvoir, pour les législatives, le MBF présentera «  une liste nationale et autant dans toutes les circonscriptions du pays où cela est possible », a affirmé Halhassane Sinaré. Et cette volonté d’être à l’Assemblée nationale, selon le président du MBF, est d’être une nouvelle force de propositions pour le véritable renouveau du Burkina Faso. Pour engranger des résultats, le MBF compte bien s’organiser et ce, à travers sa direction nationale de campagne. Le parti du bélier a choisi l’un de ses militants pour chapeauter cette structure. Quoi de plus normal. Mais ce n’est pas n’importe  quel militant. Il s’agit en effet de celui qui, avec certains camarades, a créé le groupe parlementaire Renouveau démocratique à l’Assemblée. Il démissionne à la  tête de ce groupe car appelé à la Banque agricole du Burkina Faso dont il est aujourd’hui le directeur général. Vous l’aurez deviné, il s’agit de Daouda Simboro. Sa lettre de mission est claire: faire gagner des sièges au MBF à la 8e législature qui s’ouvrira après les élections de novembre 2020. Il sera chargé de la coordination  des activités de campagne avec ses collaborateurs qui sont les directeurs provinciaux de campagne. Et le nouveau DNC pense déjà que son parti a  des chances sur 60% du territoire en ce qui concerne les législatives même s’ils sont encore dans la phase de réception et de traitement des dossiers. « Nos candidats ne sont pas des novices car, ils sont forts dans leurs localités. C’est pourquoi, nous sommes sereins », a indiqué Daouda Simboro. Pour ce dernier, son objectif premier est de faire gagner le candidat Roch Kaboré à la  présidentielle même si, pour lui, les agitations de l’opposition se justifient sur tout le territoire national. Ils ont de la notoriété et, nous, « Le MBF, nous sommes un jeune parti mais qui est exemplaire par sa mobilisation » Présent aux côtés du MBF  en sa  qualité de représentant de l’alliance des partis de la majorité présidentielle, Clément Sawadogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, ne pense pas le contraire de  ce que dit Daouda Simboro : « Nous ne pouvons pas inscrire notre champion(Roch Kaboré) dans le combat que l’Opposition est en train d’organiser en signant un accord politique. L’Opposition est  consciente que chacun de ses candidats ne fait pas le poids, c’est pourquoi, elle pense que  l’union fera son affaire. On ne parle pas le  même langage. Nous, nous parlons de premier tour, pas de deuxième tour ». Pour ce dernier qui fait savoir aux militants du MBF qu’il est désormais  parole officielle du candidat Roch Kaboré, il pense que  « Le MBF est un jeune parti mais qui est exemplaire par sa mobilisation et par la qualité de sa contribution dans la vie politique burkinabè ».

 

Boureima KINDO

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer