PRESOMPTIONS DE MALVERSATIONS LIEES AUX LOTISSEMENTS : La CBH indignée face aux propos du ministre Bonanet

PRESOMPTIONS DE MALVERSATIONS LIEES AUX LOTISSEMENTS    :   La CBH indignée face aux propos du ministre Bonanet

 

La coopérative burkinabè de l’habitat (CBH) était face à la presse le samedi 17 février 2018 à Bassinko. Cette rencontre avec les Hommes de médias avait pour objet d’apporter des éclaircissements suite à la sortie médiatique du ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, le 8 février dernier, sur les lotissements faits à Bassinko.

 Le président de la Coopérative burkinabè de l’habitat (CBH), Tiefa Somé, est sorti de son silence après les menaces du ministre de l’Urbanisme et de l’habitat sur les médias le 8 février dernier concernant certaines malversations liées aux lotissements sur le site de Bassinko. Et le choix du lieu pour rencontrer la presse n’est pas fortuit. En effet, c’est sur les chantiers du site dont il est question qu’il a choisi pour crier son « indignation face aux propos du ministre » qu’il juge « dénués de tout fondement ». Tiefa Somé a notamment dénoncé les menaces d’intimidation dont lui et les membres de la coopérative font l’objet depuis la sortie du ministre. « C’est contre toute attente que nous avons suivi l’intervention du ministre alors qu’en tant qu’une coopérative de l’habitat créée par des Burkinabè pour le bonheur de tous les fils du pays, il devrait plutôt se réjouir de notre existence. Nous ne comprenons pas non plus cette insurrection (sic) contre la coopérative. Cela est d’autant plus surprenant dans la mesure où le ministre de l’Urbanisme et de l’habitat actuel, Maurice Bonanet, était le patron de la cérémonie de remise des clés de la première tranche de construction qui avait pour parrain le ministre de la Justice actuel, René Bagoro. Peut-être qu’il n’a pas eu toutes les informations nécessaires concernant ce chantier. Mais qu’à cela ne tienne, nous souhaitons que cet acharnement prenne fin. Qu’il nous accompagne plutôt dans la mise en œuvre de ce projet immobilier pour le grand bonheur de la population burkinabè », a-t-il martelé. Il a, par la suite,  affirmé n’avoir aucun problème personnel avec le ministre Maurice Bonanet quand bien même sa structure a adressé plusieurs correspondances au ministère de l’Urbanisme et de l’habitat qui sont restées sans suite. « La dernière en date remonte au 27 novembre dernier pour l’informer du démarrage des travaux de la 4e tranche du projet immobilier de la CBH et solliciter par ailleurs l’appui de ses services techniques et ce, après avoir élaboré avec ledit ministère un projet de construction de 500 logements le 14 juillet 2015. C’est à la suite de cela qu’un protocole d’accord a été signé le 15 octobre 2015. Dans ce protocole, le ministère s’est engagé à octroyer 500 parcelles à la CBH. Cependant, à part les 100 premières parcelles, la CBH n’a plus reçu de parcelles avec une autorisation écrite. Par ailleurs, les parcelles ont été octroyées verbalement à la CBH pour lui permettre de poursuivre les travaux », a-t-il précisé. Il a regretté  l’attitude du ministère de l’Urbanisme leur intimant l’ordre d’arrêter les travaux.

«Concernant la quatrième tranche, c’est-à-dire celle qui a fait l’objet de l’intervention du ministre, c’est le   ministère lui-même qui a donné une autorisation verbale à la coopérative pour les travaux après plusieurs correspondances restées sans suite comme pour la première tranche », a encore soutenu Tiefa Somé. Malgré cette injustice dont il se dit victime, le président de la CBH qui dit subir la pression des souscripteurs n’entend pas baisser les bras. « Nous espérons que le ministre entendra raison, car nous, notre seule et unique motivation est de permettre à chaque Burkinabè moyen d’avoir un toit », a-t-il conclu. En rappel, la CBH a été reconnue officiellement le 2 juillet 2014 par arrêté N° 2014-  001/MATS/RCEN/PKAD/HC/SG/DASE du 2 juillet 2014.  Jusqu’à ce jour, plus de 200 000 personnes auraient souscrit au programme 40 000 logements sociaux.

Seydou TRAORE

 

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+