A la uneSur la braise

PROPAGATION DE LA FIEVRE ROUGE :Quand Ebola met à nu les tares des systèmes sanitaires africains

La gouvernance des Etats africains présente beaucoup d’insuffisances. Il n’y a que les personnes de mauvaise foi qui peuvent en douter. Une des illustrations les plus frappantes de ce fait est la situation chaotique dans laquelle se trouvent nos systèmes de santé. En effet, la propagation du virus Ebola a contribué à mettre à nu toute l’étendue de cette triste réalité, qui doit désormais interpeller toutes les consciences. Lorsque l’on fait l’état des lieux, l’on peut avoir des raisons objectives d’être remonté contre nos gouvernants.

L’Afrique est en train de payer pour son manque de vision

Les zones d’ombre sont nombreuses. Elles se rapportent notamment à l’insuffisance du personnel soignant qualifié, au niveau rudimentaire des plateaux techniques, à la gestion artisanale des structures de santé, au manque de professionnalisme et de motivation des agents de santé, etc. Dans ces conditions, l’on comprend pourquoi la moindre épidémie peut constituer une véritable épreuve pour les autorités sanitaires. Certes, Ebola n’est pas comme les autres maladies infectieuses, mais la précarité et le dénuement dans lesquels évoluent les systèmes sanitaires de bien des Etats africains, peuvent expliquer en partie sa propagation. Lorsque l’on prend le cas du Libéria qui est l’un des pays le plus touché par le virus, l’on peut tomber des nues de constater que ce pays, qui est indépendant depuis 1847, dispose seulement de 250 médecins, soit un ratio effroyable d’un ou de deux médecins pour 100 000 habitants. Il n’est donc pas étonnant que le pays de William Tolbert ait beaucoup de mal à déployer un personnel qualifié suffisant, pour la prise en charge des personnes infectées et affectées. Que l’on n’aille surtout pas brandir l’insuffisance de moyens financiers pour justifier cet état de fait. En effet, le Libéria regorge d’énormes richesses minières dont l’exploitation judicieuse pourrait permettre au peuple libérien de sortir la tête de l’eau. Malheureusement, ces richesses sont exploitées au profit d’une caste politique qui vit sur un îlot d’opulence, dans un océan de misère et d’indigence indescriptibles. L’exemple du Libéria est celui de la plupart des Etats africains. Lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins de base des populations en termes d’éducation, de santé, de logement, l’on n’hésite pas en haut lieu à invoquer le manque de moyens financiers et à tendre sans gêne la sébile à la communauté internationale. Par contre, lorsqu’il s’agit de dépenser pour réaliser des activités dont l’intérêt pour les populations n’est pas évident, l’argent est vite mobilisé. Pour revenir à la propagation de la fièvre rouge, l’on a envie de dire que l’Afrique est en train de payer pour son manque de vision. Gouverner, dit-on, c’est prévoir.

Il y a urgence à repenser les systèmes de santé des pays africains

Mais en Afrique, c’est tout le contraire. C’est le pilotage à vue qui est érigé en mode de gouvernance. Lorsque survient la moindre urgence, c’est le sauve-qui-peut, nos Etats donnant l’impression d’être complètement désarmés. D’ailleurs, le fait qui consiste pour les princes qui nous gouvernent de courir, toutes affaires cessantes, en Occident, même pour soigner leurs petits bobos, est un aveu du peu d’intérêt et de crédit qu’ils accordent à nos structures sanitaires et à nos spécialistes de la santé. La tendance est loin d’être inversée. En effet, nos hôpitaux se présentent de plus en plus comme des antichambres de la mort : les urgences médicales sont difficilement assurées, l’encombrement et l’insalubrité crèvent les yeux. Ces réalités laissent de marbre certains gouvernants. C’est dans ce contexte que certains Etats africains poussent l’indécence jusqu’à l’extrême, en parlant d’émergence. Face à un tel ridicule qui consiste à se chatouiller pour rire, l’on a envie de se poser la question suivante : Sacrée Afrique, quand est-ce que tu vas cesser d’être la risée des autres ? Cela dit, aujourd’hui plus jamais, il y a urgence à repenser les systèmes de santé des pays africains. Cela nécessite certes des moyens financiers, mais surtout de l’ingéniosité et de la volonté politique. L’Afrique a certainement des chercheurs de qualité. Mais encore faut-il qu’ils aient le minimum de moyens pour mener leurs recherches. C’est en adoptant de nouvelles résolutions, en termes de bonne gouvernance, que l’on pourra dire que l’Afrique a tiré leçon des ravages que la fièvre rouge est en train de faire sur son sol.

Pousdem PICKOU

Articles similaires

2 commentaires

  1. très belle analyse moi personnellement je suis frustré quand j’écoute nos dirigeants criés haut et fort qu’ils comptent sur la générosité des partenaires financiers pour contrer la propagation d’une télé épidémie. Dites moi jusqu’à quand nous allons continuer à beaucoup tendre la sébile à l’occident. Nous sommes capables de mobiliser des milliards pour faire des opérations permis de conduire, de payer fortuitement des individus recruté sous la bannière d’une dénomination qui ne veut absolument rien dire : haute intensité de main d’oeuvre (Himo) pour se prémunir d’un bétail électoral. chers dirigeants africains vous faites honte à l’occident votre génération tôt ou tard il va falloir que la jeunesse prenne ses responsabilités.

  2. Je partage les opinions de cet article. Je venais d’exposer le même point de vue avec un collègue avant de commencer la lecture du journal. En effet nos pays brillent par un manque de système sanitaire efficace à la hauteur des difficultés de santé que vivent les populations. Un trait est commun aux pays comme le Libéria, la Sierra Léone, la Guinée Conakry, la Centrafrique. C’est l’instabilité politique, la guerre et le manque de démocratie. Comment dans ce contexte prendre toute la mesure de la situation sanitaire du pays et mettre en place un système de santé efficace? Le Burkina Faso qui semble vivre une « longue période de stabilité » n’est pas plus à l’abri. Je le dis parce que cette année encore le paludisme , vieille maladie si on peu le dire, va encore faire des ravages. Pourquoi, depuis tant d’années on attend un hypothétique vaccin alors que la pulvérisation dans les quartiers a montré son efficacité? J’ai lu sur Slate.fr le dispositif sanitaire que la France a mis en place pour faire face à Ebola. Je vous assure que ce n’est pas du jeu chez eux et ça rassure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer