REPRESSION DE LA MANIFESTATION DE L’OPPOSITION AU MALI

REPRESSION DE LA MANIFESTATION DE L’OPPOSITION AU MALI

Attention aux dérives !

La marche organisée le 2 juin dernier à Bamako par la Coalition pour l’alternance et le changement, s’est soldée par de violents heurts à différents endroits de la capitale malienne. La police a abondamment tiré du gaz lacrymogène en direction des marcheurs qui avaient, rappelons-le, bravé l’interdiction de manifester par le gouverneur de Bamako en vertu de l’état d’urgence instauré dans le pays depuis novembre 2015. Le bilan de ces opérations de maintien de l’ordre est lourd : une quinzaine de manifestants ayant été blessés et transportés au Centre hospitalier universitaire Gabriel Touré de la capitale. Ce rassemblement vite dispersé a été organisé dans un contexte et un climat anxiogènes en raison de l’insécurité et de la paranoïa ambiantes partout au Mali, à moins de deux mois de l’élection présidentielle qui fait déjà des gorges chaudes sur les rives du Djoliba. C’est justement pour une meilleure organisation du scrutin à venir que l’opposition politique et la société civile ont battu le pavé pour exiger la transparence des opérations de vote et de compilation des résultats, de même qu’un égal accès aux médias publics et particulièrement à l’Office de radiotélévision du Mali (ORTM) accusé à tort ou à raison d’être un organe de propagande du président actuel et candidat à sa propre succession, Ibrahim Boubakar Kéita (IBK). Pour l’opposition qui est vent debout contre «le régime liberticide et oppresseur » de IBK, la monopolisation des médias d’Etat à quelques semaines de l’échéance fatidique du 29 juillet prochain, est un prélude aux fraudes massives que le parti au pouvoir préparerait au profit de son candidat ; ce qui est totalement inacceptable dans un pays qui se veut l’une des plus grandes démocraties du continent. Les ténors de l’opposition n’ont d’ailleurs pas tardé à ruer une nouvelle fois dans les brancards dès le lendemain de cette manif, en exigeant rien moins que la démission du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maiga, et l’arrêt immédiat des violences et des tracasseries policières à l’encontre de ses militants.

Soumaila Cissé, et ses camarades sont convaincus que le pouvoir cherche à les museler

Et comme pour faire monter davantage la pression sur le régime de plus en plus frileux de IBK, la Coalition pour l’alternance et le changement appelle ses militants à redescendre dans la rue le 8 juin prochain, même au cas où le gouverneur de Bamako viendrait à leur opposer une fin de non recevoir. On est donc parti pour des semaines de surenchères verbales et peut-être même d’affrontements violents entre ceux qui se prévalent de leur liberté de manifester garantie par la Constitution, et ceux qui invoquent fort opportunément l’Etat d’urgence qui accorde des possibilités d’intervention accrues aux forces de sécurité, en matière de fouilles et de restrictions de circulation et de rassemblements. Pour l’opposition, en tout cas, le locataire du palais de Koulouba ne fait que se servir du terrorisme islamiste comme dérivatif ou comme prétexte pour justifier cette atteinte aux libertés individuelles et collectives, en espérant ainsi avoir une longueur d’avance sur ses concurrents dans la course à la présidentielle. Le chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, et ses camarades sont d’autant plus convaincus que le pouvoir cherche à les museler à l’orée de la présidentielle, que de grands rassemblements ont déjà été organisés dans un passé récent au cœur même de la capitale, aussi bien par le pouvoir que par l’opposition, sans que ceux-ci ne soient interdits par l’autorité communale ou ciblés par des attentats terroristes. C’est vrai que l’arrestation du chef islamiste, Sidi Mohamed Ould Hamid, à la veille de la manifestation du samedi dernier à Korofina dans le district de Bamako, peut apporter de l’eau au « moulin compresseur » du pouvoir en place, mais attention aux dérives et aux interdictions de manifester à géométrie variable, qui pourraient déboucher sur une crise politique pré ou postélectorale dont le Mali n’a absolument pas besoin, surtout pas au moment où le delta intérieur et toute la région de Mopti au Centre du pays sont en train de basculer dans une fratricide guerre intercommunautaire.

Hamadou GADIAGA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+