A la uneEchos des provinces

ROYAUME DU GULMU

Elu roi, Mindierba Thiombiano est contesté

La région de l’Est ou royaume du Gulmu au Burkina Faso, a introduit, dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 mai 2020, le successeur de feu Sa Majesté Kupiendieli dans la case d’initiation des rois du Gulmu. L’intronisation de Mindierba Thiombiano, en attendant son nom de règne vendredi prochain, constitue une rupture dans la tradition successorale dans le Gulmu avec des grognes de part et d’autre.

Le futur roi ou le Primus Inter Pares du Gulmu est un descendant de Yenkilima, 7e roi qui avait régné à Joaboangou (dans la région de Pama), aux origines du royaume. Opérateur économique renommé, membre de la délégation consulaire de l’Est, il est réputé pour sa sagesse et son attachement aux valeurs positives de la tradition. C’est un métis qui a pour oncles maternels les Tantiari qui font partie de la lignée directe de Diaba Lompo, le fondateur du royaume gourmantché, pour beaux-parents la lignée de Yabimpadigu également descendant direct de Diaba Lompo. Sa désignation constitue une rupture dans la mesure où cette lignée n’avait plus accédé au trône depuis un peu plus de 200 ans. Pour les uns, c’est une occasion de rompre avec ce que les générations présentes ont toujours vécu, c’est-à-dire l’alternance entre la lignée de Bantchandi et celle de Simadari, qui, depuis 1947, se succédaient au trône. Sa désignation fait pourtant l’objet de contestations de la part de certains qui souhaitent que le chef soit issu de leur lignée. Cela est juste mais d’aucuns disent qu’ayant signé le protocole d’accord qui stipule que celui qui sera élu aura le soutien des autres, la contestation n’a pas lieu d’être. Mais c’était sans compter avec le fait que chacun pensait qu’il allait être l’élu. Pour ceux qui ont choisi Mindierba Thiombiano, c’est dans un souci de réconciliation et d’apaisement des cœurs, que ce dernier a été retenu pour le progrès du Gulmu. Certains membres du collège des sages nous ont confié ne pas avoir été associés au choix de Mindierba. Les frondeurs justifient leur position en disant que l’objectif de la désignation de Mindierba vise à réconcilier les gourmantchés avec leurs traditions. Ils affirment que celui-ci serait à même de reconstruire la réconciliation entre princes et sujets, pour un meilleur devenir du Gulmu. Par ailleurs et faut-il le rappeler, les différentes lignées avaient signé un document commun stipulant que celui sur lequel sera porté le choix, aura l’assentiment de tous. Le nouveau Primus Inter Pares a un agenda bien garni pour participer au développement du royaume de Diaba Lompo, dans le digne héritage de Yendabili qui a installé sa capitale à Nungu. Ses premiers défis sont, entre autres, la réconciliation, la lutte contre l’insécurité et le développement global de son royaume. Pour ses partisans, il est une opportunité pour lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes. Aux dernières nouvelles, seule une famille s’insurge contre sa désignation, mais ses partisans estiment que d’ici deux jours, tout va rentrer dans l’ordre et que le vendredi prochain, le Gulmu ira célébrer son nouveau roi.

Moussa NABA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer