SANTE ET BIEN-ETRE SOCIAL : La colère, un poison pour l’organisme

SANTE ET BIEN-ETRE SOCIAL  :   La colère, un poison pour l’organisme

 

 

Si la médecine classique a fait, depuis des siècles, des progrès considérables, on constate,  aujourd’hui encore, son impuissance à trouver les remèdes adéquats à certaines maladies physiques et psychiques et à garantir ainsi le droit à la santé des populations.  « Quelles alternatives à la médecine classique ? ». C’est ce thème en rapport avec l’ouvrage de 75 pages qu’il a publié en 2016  sous le titre « La santé parfaite et le bien-être : une approche holistique », que Dr Kassoum Zerbo a développé en conférence publique  le 24 mars 2018 au Goethe Institut à Ouagadougou.  

 

Une conférence organisée par Educ Afrique, un centre de recherche, de formation, d’information en matière de littérature, d’art et de culture. A travers cette conférence publique, Dr Kassoum a montré que la médecine classique n’est plus suffisante par rapport au développement de certaines maladies.  D’où  la nécessité de recourir à des médecines alternatives pour combler les carences de la médecine classique.  Chaque médecine a sa place dans le traitement des pathologies et chacune doit savoir occuper sa place, a fait savoir Dr Kassoum.L’on doit avoir une approche multidimensionnelle pour le traitement des maladies, dans la mesure où la santé est une harmonie entre les dimensions physique, psychique et émotionnelle de l’homme. C’est ce que Dr Kassoum Zerbo a démontré au cours de sa communication sur les « alternatives à la médecine classique ». La médecine dite allopathique, s’occupe davantage de la dimension physique de l’homme alors que beaucoup de maux, aujourd’hui, ont des origines psychiques ou spirituelles, a-t-il confié, indiquant que le stress ravage l’humanité alors que la médecine classique est un peu impuissante à le juguler.  Pour lui, si l’on veut traiter les maux des différents corps, il faut mettre en évidence leurs causes qui peuvent être physiques, psychiques ou spirituelles. Du point de vue de l’approche spirituelle, toutes les médecines ont leur place dans le traitement des maladies, selon Dr Zerbo qui a précisé qu’il y a des maladies que la médecine classique ne peut guérir  parce que leurs causes sont au-delà du physique. C’est justement le sens de la communication dans laquelle il a mis en relief les causes psychiques et spirituelles des maladies. Parmi les traitements spirituels, il a indiqué le traitement par l’oral, le son (musique), les rayons du soleil, le traitement par les couleurs,… qui sont des traitements alternatifs à la médecine classique, à son avis.  La maladie est vue par exemple comme une couleur dissonante et on peut la guérir par la thérapie des couleurs, selon Dr Kassoum Zerbo. L’harmonie du corps est, de son point de vue,  l’expression d’un état de santé adéquate et le bien-être social intègre le bien-être spirituel. Il présente la médecine alternative comme une médecine préventive et indique que l’on ne doit pas attendre de tomber malade avant de chercher à être en bonne santé. Rien ne se passe dans le corps humain sans qu’il n’y ait son équivalence dans l’esprit, a-t-il ajouté, rappelant les propos du chef tibétain, le Dalaï-Lama, à savoir que « les hommes perdent la santé  pour accumuler l’argent et perdent l’argent pour acquérir la santé ». Si la santé est un état complet de bien-être  physique, mental et social, a rappelé Dr Kassoum Zerbo, la maladie correspond à une disharmonie qui perturbe les fonctions hormonales chez une personne. Le bon ou mauvais fonctionnement des glandes endocrines est lié à notre état psychique et émotionnel. Du point de vue psychique, le stress est la cause de beaucoup de maladies alors que la civilisation actuelle, tellement agressive, selon lui, crée beaucoup d’angoisses, de tensions et de stress chez beaucoup de personnes dans le monde. La prévention est très importante dans le traitement des maladies psychiques, et il est important d’avoir une culture de la pensée positive à travers la pratique spirituelle, a confié Dr Zerbo. Quelle que soit la maladie, il faut qu’il y ait une certaine prise en charge par le malade lui-même, ce qui revient à lui demander des efforts, s’il baigne dans la pensée négative, pour l’en tirer.

De la mauvaise disposition d’esprit

Rappelant les causes spirituelles de bien des maladies, peu connues selon lui, Dr Zerbo a indiqué que, d’après un penseur américain, la colère est un poison pour tout l’organisme. La mauvaise disposition d’esprit crée des émotions négatives et les mauvais esprits profitent des penchants vicieux de l’Homme, d’après le conférencier. L’aura, cette « espèce de champ magnétique qui entoure l’humain » et qui « donne l’état de santé physique et moral de l’homme », reflète, pour lui, les vertus ou les vices d’une personne. Une forte aura, pure, puissante, évite donc à l’Homme beaucoup de maladies, selon le principe de « l’aval, du moyen ou de l’amont ». De ce fait, à la lumière de la loi de l’attraction, des vibrations peuvent émaner d’un individu, selon Dr Zerbo. Un rancunier attire des rancuniers, un méchant attire des méchants et quelqu’un qui commet l’adultère devient vulnérable sur le plan spirituel. Expliquant entre autres la loi de « cause à effet », la loi de la réincarnation et celle des « intérêts cumulés », il met en exergue le fait que l’être humain récolte ce qu’il a semé. Comment sauver l’humanité de l’anxiété, du stress ? Une solution possible dans la dynamique des alternatives à la médecine classique, c’est  le recours à la « lumière divine »  à travers la prière, selon le conférencier. Autrement dit, la thérapie par la prière, la prière définie comme la meilleure communication avec Dieu. Une personne apeurée en station de prière ne peut avoir une prière pure, selon Dr Zerbo. De même qu’une personne insincère spirituellement,  ne peut avoir une prière exaucée. Puisque, à l’entendre, la prière, au sens spirituel, est « une relation entre un chef d’orchestre et l’orchestre lui-même » et chacun doit jouer sa partition pour arriver à la symphonie. Dieu émet des vibrations positives dont la captation exige qu’on se mette sur la même longueur d’onde de ses vibrations, a-t-il souligné. L’efficacité de la prière dépend, par conséquent, de la qualité des vibrations émises par celui qui prie, et, de son point de vue, ce dernier doit faire un travail préalable de nettoyage intérieur, de mise au point et développer des sentiments positifs pour garder des vibrations positives et rester ainsi en bonne santé. En somme, l’énergie divine sous-tend toute la création, a résumé Dr Kassoum Zerbo et chaque individu doit, selon lui, préparer son corps pour canaliser l’énergie et prendre la vie du bon côté.

Lonsani SANOGO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+