Header

SERIE D’ASSASSINATS CIBLES A SAABA ET A NIOKO 1 : Des femmes en colère réclament justice

SERIE D’ASSASSINATS CIBLES A SAABA ET A NIOKO 1 : Des femmes en colère réclament justice

Les femmes de Saaba et de Nioko1 étaient très en colère le jeudi 20 avril dernier. Et pour cause, une série d’assassinats de femmes se déroule dans ces deux localités depuis bientôt deux mois, sans que les criminels ne soient arrêtés et sans que les autorités de la commune aient trouvé de solutions pour arrêter ce massacre. En effet, le dernier crime en date est celui du mercredi 19 mars dernier. Pour manifester leur colère et se faire entendre des autorités municipales, préfectorales et du ministère en charge de la sécurité, elles ont décidé, sous la houlette de Valentine Bayala/Nikiéma, responsables de l’Amicale des femmes solidaires de Saaba et Nioko1, de battre le pavé très tôt le matin. Les femmes de Saaba et de Nioko 1 ont pris en otage la voie principale de Saaba plus connue sous le nom de route de Fada N’Gourma, le 20 avril dernier. La raison : « il y a trop d’assassinats de femmes ces derniers temps à Saaba et à Nioko 1. Aujourd’hui, le chiffre est de 6 femmes assassinées chez elles, et on ne sait trop pourquoi. La dernière victime a eu son crâne brisé chez elle en plein sommeil, et le mode opératoire des tueurs des six femmes est le même. Ils profitent du sommeil de leurs victimes pour commettre leur forfait et une fois le crime commis, ils disparaissent dans la nature, sans laisser de traces », a expliqué Mme Bayala, responsable de l’Amicale des femmes solidaires de Saaba et de Nioko 1. Plusieurs fois interpellées par les femmes des deux localités, les autorités communales de Saaba, a-t-elle indiqué, ont toujours promis à ces dames qu’une solution définitive serait trouvée et que les criminels seront arrêtés et punis selon la rigueur de la loi. Selon toujours Mme Bayala, les mêmes démarches ont été entreprises à la Police municipale, à la gendarmerie afin d’y trouver des solutions. En dépit de toutes ces démarches, les tueurs continuent toujours de massacrer les femmes des deux quartiers, a-t-elle déploré. A l’en croire, une fois la nuit tombée à Saaba et à Nioko 1, c’est la peur du côté des femmes. Aucune d’elle ne veut se hasarder à sortir, quel qu’en soit le motif. Les femmes ont alors trouvé que c’en était trop et pour exprimer leur ras-le-bol, elles ont décidé de battre le pavé le jeudi dernier, afin qu’une solution soit trouvée. Et la meilleure stratégie pour elles, était le blocage de la voie principale de Saaba et elles l’ont réussi puisque tous les usagers qui, d’habitude, empruntent cette voie, étaient obligés de faire de grands détours pour se rendre à leur destination. Pendant que les femmes manifestaient leur colère sur le bitume, un autre groupe de femmes était reçu par les autorités préfectorales de Saaba, selon la responsable de l’Amicale des femmes solidaires, Valentine Bayala. Une autre rencontre, selon toujours ses dires, était prévue pour l’après-midi du même jeudi 20 avril avec le préfet, l’ensemble des autorités municipales, de la préfecture et le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré. Tout ceci entre dans le cadre du règlement définitif de ce problème. Aux dernières nouvelles, le ministre Simon Compaoré aurait effectué le déplacement de Saaba afin de prendre part à la réunion et apaiser les cœurs. Nous en avons eu la confirmation car jointe au téléphone après la rencontre avec le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, Valentine Bayala a confié que le ministre a donné de fermes instructions à ses éléments : police, gendarmerie, afin de mettre le grappin sur ces assassins. Simon Compaoré a surtout demandé aux habitants de Saaba et de Nioko 1 d’ouvrir l’œil et le bon, afin d’aider les forces de l’ordre à lutter contre le grand banditisme dans nos villes et villages. C’est fort rassurée des propos du ministre Simon Compaoré que la délégation des femmes est rentrée chez elle. Cependant, elles ont promis de rester toujours vigilantes, car les tueurs courent toujours.
Ben Issa TRAORE

Articles similaires

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+