A la uneOmbre et lumière

ZEPHIRIN DIABRE, PRESIDENT DE L’UPC

« Quand nous allons arriver au pouvoir, nous n’aurons pas peur d’un dossier »

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu une rencontre le 2 juin dernier à Dédougou. Présidée par le président du parti, Zéphirin Diabré, cette rencontre qui rentre dans le cadre d’une tournée, avait pour objectif de faire une revue des troupes. Ladite rencontre est intervenue dans la salle de spectacle du Conseil régional de la Boucle du Mouhoun à Dédougou, en présence de militants sortis nombreux.

« Apporter un message d’encouragement aux différents responsables des structures du parti au niveau communal et provincial » ! Tel est l’objectif de cette rencontre qui a réuni plusieurs militants de base du parti du Lion venus des différentes contrées de la province du Mouhoun. Il s’est agi, au cours de cette rencontre, de faire une revue des troupes, selon le président du parti, Zéphirin Diabré. Cette rencontre qui a concerné les responsables des bureaux des sections et sous- sections de l’UPC dans le Mouhoun, a été l’occasion pour le parti de faire une meilleure connaissance des femmes et des hommes qui l’animent sur le terrain, afin que la direction nationale puisse se rendre compte des réalités du parti jusqu'à la base. Pour Zéphirin Diabré, quand on parle d’un parti, ce n’est pas le sigle mais c’est tous les femmes et hommes qui le composent. « Ce sont eux qui donnent vie au parti, qui symbolisent le parti et sont le reflet du parti », a-t-il dit. Pour lui, avec les intimidations et la corruption, les militants de la province du Mouhoun ont su tenir haut le flambeau du parti, ont su lui rester fidèles. En outre, de l’avis de Zéphirin Diabré, l’UPC se porte bien malgré les périodes difficiles qu’elle a traversées. Pour lui, la force d’un parti, ce n’est pas un meeting, mais l’infrastructure sur laquelle vous vous appuyez, à savoir les responsables de structures mises en place dans les villages, les communes et les provinces.  Debout face à ses militants de base, dont les responsables de structures, Zéphirin Diabré, en plus d’avoir parlé de la vie de son parti, a peint la situation nationale. Selon le président de l’UPC, c’est un échec jamais vu avec le pouvoir de Roch dans l’histoire du Burkina Faso. Pour Zèph, parmi tous les grands partis du pays, seule l’UPC n’a jamais géré le pays. « Il faut donner le pouvoir à ceux qui n’ont pas encore essayé», a-t-il fulminé. « Quand nous allons arriver au pouvoir, nous n’aurons pas peur d’un dossier ; nous allons les sortir », a-t-il martelé.
A propos de la question sécuritaire que connaît notre pays, le président du parti du Lion estime que situer les responsabilités demeure un élément primordial. Une responsabilité qui incombe à ceux à qui les Burkinabè ont confié la gestion du pouvoir d’Etat. Zèph invite les militants de l’UPC à la base à continuer de soutenir et collaborer avec les FDS, d’éviter de tomber dans les pièges des affrontements ethniques ou religieux. Il les invite à être des vecteurs et des porteurs d’un message de rassemblement. Pour Adama Dao, SG de l’UPC du Mouhoun, le parti se porte très bien dans la province et la preuve est que toutes les structures sont déjà mises en place.

Arnaud Lassina LOUGUE
(Correspondant)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer